Suivez 25stanley sur Facebook!

Jack Edwards compare Matt Cooke à un meurtrier

Jack Edwards est le descripteur des matchs des Bruins de Boston. C’est probablement le descripteur le plus partial de la ligue et il ne s’en gêne pas. Par contre, cette partisanerie le met parfois dans l’eau chaude.

Ce fut le cas samedi après-midi alors qu’il parlait de Matt Cooke.

« Nominer Matt Cooke pour le trophée Masterton est l’équivalent de nommer Sirhan Sirhan en tant que prisonnier de l’année. »

Bien évidemment, Matt Cooke est un sujet sensible à Boston puisque c’est lui qui a mis fin à la carrière de Marc Savard. Par contre, c’est quand même inacceptable de le comparer au tueur de Robert Kennedy, le frère de JFK qui était aussi sénateur.

Edwards s’est excusé sur Twitter entre la 1e et la 2e période.


Les dangers de filmer l’explosion d’une usine au Texas avec sa petite fille

ZÉRO RAPPORT AVEC LE SPORT.

Mais ce vidéo d’une explosion d’une usine d’engrais est quelque chose. Le tout s’est passé à Waco au Texas. Méchant gros BOOM! Pauvre petite fille. Après l’explosion, la fillette ne cesse de répéter « papa je n’entends plus, papa, n’entends rien. »


Pour battre Sergei Bobrovsky, il faut des buts uniques

Je pense qu’on peut dire que ce but de David Steckel s’agit du but le plus chanceux de l’année. Il dirige la rondelle au filet et cette dernière dévie sur la palette d’un défenseur des Jackets avant de se retrouver derrière Bobrovsky.

D’ailleurs, ces temps-ci, on a l’impression qu’il faut ce genre de but pour battre le cerbère des Jackets. En temps règlementaire, il arrête 26 des 28 lancers dirigés vers lui et disons qu’un des buts fut très chanceux.

Ne regardez pas trop vite, mais les Jackets sont maintenant en 8e place…


EA Sports dévoile le trailer de NHL 14

Vous pouvez, dès maintenant, prendre congé pour le 10 septembre 2013. C’est à ce moment que le prochain NHL arrivera sur les tablettes.

Le nouvel opus nous offrira quelques nouveautés (comme à chaque année) pour justifier son achat. Cette année, voici ce qu’EA a ajouté au jeu:

-Un ajout aura lieu au mode « Be a pro » alors que le joueur aura à s’occuper de la vie hors-glace de son personnage. Il faudra notamment gérer les activités avec les coéquipiers en dehors de la glace et les entrevues avec les médias. Faites attention de faire les bons choix, car vous pourriez vous retrouvez sur 25stanley…

-Un nouveau modèle pour les collisions. On nous dit que les collisions seront maintenant plus réalistes et qu’il y aura possibilité de faire des plaquages qui vous vaudront une place dans le top 10 de TSN.

-On modifie aussi les combats alors que la vision retournera à une vision à la 3e personne.

-On retravaille le système de patinage qui avait complètement été reconfiguré dans NHL 13.

-Il sera possible de faire des feintes à l’aide d’un seul bouton.

Bien évidemment, il y aura d’autres annonces à venir pour le jeu. Avez vous hâte à la sortie de ce jeu ou vous allez correct avec la version que vous avez présentement?


Justin Peters vole Jaromir Jagr

Il n’y a pas grand chose à rajouter. Le CH peut dire un gros merci à Justin Peters qui a permis aux Hurricanes de battre les Bruins samedi soir. Cette défaite de Boston fait en sorte que les Habs restent en 2e place dans l’Est.


Mike Green démolit la visière de Nate Thompson

Pendant que le Canadien se faisait démolir par les Maple Leafs de Toronto, il y avait d’autres matchs ailleurs dans le circuit Bettman.

Un de ces matchs nous offrait un affrontement entre les Capitals et le Lightning. Pendant cette rencontre, Mike Green a éclaté la visière de Nate Thompson. Thompson s’en est tiré avec quelques points de suture, mais la situation aurait été encore pire si le joueur de Tampa n’avait pas de visière.


Steve Ott liche la visière de Jeff Halpern

Steve Ott est l’agitateur des Sabres, mais jeudi les siens étaient plus qu’endormis. Il a donc du tenter de les réveiller d’une façon assez intéressante.

Au début de la 3e, il a décidé de licher la visière de Jeff Halpern. Mais on ne peut pas lui en vouloir, il voulait savoir ce que goûtait la victoire. C’est soit cela ou il espérait avoir des restes du restaurant de Jeff Halpern, le AstroDoughnuts.

Merci à Simon-Pierre et Michael pour les passes sur la palette.


Pas de mitaine, pas de problème pour Marc-André Fleury

Marc-André Fleury, gardien des Penguins de Pittsburgh, a réalisé un bel arrêt, hier soir, contre les Rangers de New York. Malgré la perte de sa mitaine sur la séquence, le cerbère de 28 ans a tenté d’effectuer un arrêt avec sa main.

Arrêt de Fleury


Les bancs se vident en Autriche

Si vous n’avez pas encore écouté le vidéo, on vous suggère de le mettre sur mute. Vous allez ainsi vous éviter une version cheap de la chanson Benny Hill.

Donc, la scène que vous voyez ci-dessus est survenu en Autriche pendant la finale du championnat des moins de 15 ans. Les blancs, le Red Bull de Salzbourg, ont gagné la finale assez facilement par la marque de 4 à 0. L’équipe en noir ne semblait pas apprécié la défaite, car avec moins de 10 minutes à faire en 3e période, ils ont carrément sauté dans le banc de l’équipe adverse.

Au début, on voit que les joueurs en blanc tentent d’éviter la confrontation, mais avec l’adversaire qui ne ralentissait pas, ils n’ont pas eu le choix de répliquer.

Il y a plusieurs images disgracieuses dans cette scène. On voit souvent 5 joueurs s’acharner sur un seul qui est sans défense sur la glace. En plus, les juges de ligne ne semblent pas trop savoir où donner de la tête et ne font pas grand chose au final.

Ah oui, on oubliait, tous les jeunes dans cette vidéo ont moins de 15 ans…


Niklas Kronwall fait encore des siennes

Tout le monde dans la LNH connait l’expression Kronwalled. C’est lorsque NIklas Kronwall des Red Wings vous étampe le long de la rampe. Et bien, le dernier joueur à s’être fait Kronwalled est Jamie McGinn de l’Avalanche du Colorado.

Le plus drôle, c’est que cette séquence survient à la toute fin de la 3e période. Le plaquage n’avait pas besoin d’être fait, mais Kronwall a vu une opportunité et il en a profité pour rappeler à tout le monde qu’il faut se lever la tête lorsqu’on passe de son côté.