Suivez 25stanley sur Facebook!

Amende de 25 000$ pour Joel Quenneville pour son geste inapproprié

fbb21a60-c73e-11e3-97e8-8598f30f7605_ibvrvH8EyKxKI3

La ligue n’a pas aimé le geste de Joel Quenneville qui s’est pogné le paquet en chialant après l’arbitre en 2e prolongation du match entre les Blues et les Hawks. Il a reçu une amende de 25 000$ de la ligue pour ce qu’ils ont appelé un comportement inapproprié.

Quenneville va certainement accepté la punition puisqu’il a qualifié son geste de « bush-league » en conférence de presse cet après-midi. Bref, l’entraîneur sait qu’il a fait du stock de junior sur cette séquence.

Quand même, 25 000$ c’est un bon montant pour un entraîneur. Même si Quenneville est certainement parmi les plus payés de la ligue, c’est un bon montant qui sort de sa poche aujourd’hui.


Les Sharks démolissent Jonathan Quick dans une victoire de 6-3

Scrum

Ce GIF résume parfaitement ce match que peu de gens ont écouté parce qu’il était en même temps que les prolongations des matchs Blues/Hawks et Avs/Wild. Les Sharks ont tout simplement anéanti Jonathan Quick, qui n’a pas joué en 3e période en laissant la place à son substitut, dans une victoire de 6-3.

Les Sharks ont dominé cette rencontre pendant les 40 premières minutes de jeu, menant 5-0 après 2 périodes, et c’était assez décevant pour une série que plusieurs experts avaient ciblée comme la meilleure de la première ronde. Au moins, les Kings ont eu un sursaut d’orgueil en fin de match en marquant quelques buts pour rappeler aux Sharks que cette série n’allait pas être si facile.

San Jose mène maintenant la série 1-0 et les hostilités reprendront dimanche soir à 22 h alors que les Kings auront 2 jours pour oublier ces 2 premières périodes.

1-0 Sharks, Thornton (Pavelski, Burns)

1-0 SJ

2-0 Sharks, Hertl (Sheppard, Wingels)

2-0 SJ

3-0 Sharks, Marleau (Nieto, Sheppard)

3-0 SJ

4-0 Sharks, Torres (Brown, Vlasic)

4-0 SJ

5-1 Sharks, Muzzin (Kopitar)

5-1

5-2 Sharks, Voynov

5-2

5-3 Sharks, Lewis (Carter, Regehr)

5-3


L’Avalanche de Patrick Roy réussit la remontée spectaculaire pour gagner 5-4 en prolongation

PatrickRoyBadCallWildRaspberry

Ce GIF de Patrick Roy provient d’un appel de l’arbitre avec lequel il n’était pas en accord, mais il décrit tellement bien l’état d’esprit de Roy pendant la majorité du match de son équipe contre le Wild du Minnesota. L’Avalanche a tiré de l’arrière pendant la majorité du match, mais Paul Stastny a égalé la marque avec 13 secondes à faire en temps réglementaire et avant de jouer les héros en prolongation pour donner une victoire de 5-4 à son équipe.

Cette performance du Wild est toute une surprise, mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que le Minnesota n’a pas eu l’air déplacé dans ce match. Les deux équipes se sont suivi tout le long et ce n’est pas vraiment surprenant qu’on ait eu besoin du temps supplémentaire pour régler le tout. On est loin de la série facile que plusieurs avaient prédit.

Également, on peut noter la prestation de Bryzgalov qui n’avait rien à envier à son compatriote Varlamov pendant cette rencontre. Même que Semyon aurait certainement aimé revoir un but ou deux.

Le Wild pourra se venger samedi soir à 21 h 30 alors qu’ils voudront rappeler à l’Avalanche que cette série est pas mal plus serré qu’on pensait.

Le but gagnant

Stastny

1-0 Avalanche, Landeskog (Stastny, McGinn)

1-0 COL

1-1 Coyle (Parise, Scandella)

1-1 MIN

2-1 Wild, Suter (Koivu, Parise)

2-1 MIN

2-2 O’Reilly (MacKinnon, Barrie)

2-2 Col

3-2 Haula (Brodin)

3-2 MIN

4-2 Wild, Brodziak (Cooke, Niederreiter)

4-2 MIN

4-4 Stastny (Johnson, MacKinnon)

4-4


Joel Quenneville n’était pas content pendant la défaite des Blackhawks en 3e prolongation

Quenneville

Joel Quenneville a vraiment une drôle de façon de chialer contre l’arbitre. Alors qu’il voulait un appel pour avoir retarder le match contre les Blues en 2e prolongation, l’entraîneur des Hawks ne s’est pas gêné pour se prendre le jean-guy. Sa colère ne s’est pas dissipée en 3e prolongation puisque son club a perdu 4-3 dans la première minute de jeu

Il faut dire que ce match là était fou. Non seulement il a été long, mais il a commencé sur les chapeaux de roues avec une première période complètement folle où les deux équipes se sont échangés 5 buts, mais ce sont les Hawks qui ont terminé au sommet en menant 3-2 après 20 minutes de jeu.

Les deux gardiens n’ont vraiment pas été forts pendant cette première. Ryan Miller a particulièrement eu de la difficulté alors qu’il n’a pas bien paru sur le premier et le 3e but des Hawks alors qu’il n’a arrêté que 4 des 7 premiers lancers de Chicago.

Par contre, les deux gars se sont redressés pour le reste du match. Corey Crawford s’est particulièrement illustré avec quelques arrêts spectaculaires alors que les Blues travaillaient pour revenir dans le match. Le plus bel arrêt du groupe est sans aucun doute celui que vous allez voir ci-dessous. Par contre, il a cédé 105 secondes avant la fin du temps réglementaire

Les Blues prennent donc une avance de 1-0 dans la série qui se poursuivra ce dimanche à 15h.

Le but gagnant

848901482

Lapierre sauve les meubles en prolongation

Lapierre

Corey Crawford n’est pas impressionné

Crawford

Ryan Miller bloque Sharp en échappée

Miller

1-0 Blues, Cracknell (Lapierre, Porter)

1-0 STL

1-1 Oduya (Saad, Toews)

1-1 CHI

2-1 Blackhawks, Seabrook (Versteeg, Leddy)

2-1 CHI

2-2 Tarasenko (Shattenkirk, Jackman)

2-2 STL

3-2 Blackhawks, Kane (Toews, Seabrook)

3-2 CHI

Les deux équipes ne s’aiment pas

Bollig

Backes

3-3 Schwartz (Roy)

3-3 STL


Les Rangers dominent les Flyers dans une victoire de 4-1, mènent la série 1-0


Les Flyers n’ont peut-être pas commencé les séries avec le gardien qu’ils voulaient, mais ce n’est pas une si mauvaise chose. Ray Emery a très bien fait à la place de Steve Mason qui a manqué le match à cause d’une blessure. Malheureusement, on ne peut pas dire la même chose de l’équipe en avant de lui qui l’a abandonné dans une défaite de 4-1.

Philadelphie n’a pratiquement pas touché à la rondelle après avoir ouvert la marque tôt dans le match. Les lancers au but étaient 24-13 en faveur des Rangers après 40 minutes de jeu. Malgré ça, c’était égal à 1-1 après 2 périodes.

New York a changé le match avec 2 buts sur un avantage numérique de 4 minutes suite à un bâton élevé de Jason Akeson qui a coupé Carl Hagelin en milieu de 3e période.Les jeux de passes des Rangers n’ont donné aucune chance à Emery qui n’a pas pu compléter le miracle. New York a ajouté au score en fin de match avec une autre belle pièce de jeu. Pendant ce temps, les Flyers n’ont eu qu’un lancer au but en 3e période.

Le prochain match de cette série aura lieu dimanche à midi. Les Rangers y arriveront avec une avance de 1-0 dans la série.

1-0 Flyers, MacDonald (Hartnell)

1-0 Phi

1-1 Zuccarello (Pouliot, Staal)

1-1 NYR

Derek Stepan bloque un lancer de Luke Schenn

Stepan

2-1 Rangers, Richards (St-Louis, Nash)

2-1 NYR

3-1 Rangers, Stepan (Richards, St-Louis)

3-1 NYR

4-1 Rangers, Hagelin (Richards, Fasth)

4-1


Ryan Getzlaf est magané

Mercredi soir, Ryan Getzlaf a reçu un lancer frappé de Tyler Seguin directement au visage. Le centre des Ducks a eu besoin de plusieurs points de suture, mais il sera en mesure de jouer dans le 2e match de la série vendredi soir.

Il n’y pas de doute que Getzlaf est tough! Son frère a tweeté une photo de sa face après les points de suture et disons qu’il y a beaucoup de chances qu’on voit le joueur des Ducks avec une visière complète lorsqu’il sautera sur la glace à Anaheim.

La photo qui suit n’est pas pour les coeurs sensibles, mais en séries c’est le genre de photos que l’on va voir à plusieurs reprises et ça fait partie du charme du hockey en avril, mai et juin.

Getzlaf


Faisons honneur à la tradition en y allant de nos prédictions

image

Oui, je le sais. Un vrai amateur de hockey se doit et fera religieusement ses prédictions avant le début des séries, ce que j’ai fait malgré les apparences trompeuses causées par la parution tardive de cet article. La photo ci-dessus en est la preuve. Cette capture d’écran représente nul autre que mes prédictions effectuées dans le cadre du « Bracket Challenge » officiel de la LNH, ayant été enregistrées avant le mercredi 16 avril 19 h obligatoirement, afin que le « bracket » soit officiel et enregistré en bonne et due forme. C’est très similaire à celui du « March Madness » qui s’est terminé il y a deux semaines pour ceux qui se sont prêtés au jeu. Peu importe, laissons la culpabilité de côté et parlons hockey! Afin de faire honneur à la tradition, il est maintenant temps de s’adonner au fameux jeu des prédictions. Place aux séries!

Il faut que je mentionne d’entrée de jeu que la nouvelle organisation des divisions me déplaît légèrement. Elle laisse place à d’excellents affrontements qui, je le conçois, seront très divertissants à suivre. Toutefois, des duels et rivalités aussi féroces que celles de la Californie, opposant les Sharks aux Kings, ou de vieux rivaux de division comme les Blues et les Blackhawks ne devraient pas survenir dès la première ronde du tournoi printanier.

Comme l’a mentionné François Gagnon récemment, le changement de division facilite l’élimination hâtive d’équipes pourtant prétendantes aux grands honneurs. Ce qui à mon humble avis est extrêmement dommage. Mais bon, les vieux de la vieille nous dirons que de toute façon, la meilleure équipe l’emportera, peu importe ses adversaires. Et à moi de leur répondre qu’ils ont bien raison. Voici donc mes analyses et prédictions concernant les huit affrontements auxquels nous assisterons au courant des prochaines semaines.

Conférence de l’Est

Bruins de Boston (A1) VS. Red Wings de Détroit (Q2)

Detroit Red Wings v Boston Bruins

Cet affrontement fait déjà énormément jaser. Bien que les Wings soient la dernière équipe repêchée, ils sont loin de représenter une proie facile. Avec l’impact qu’a déjà Pavel Datsyuk depuis qu’il s’est remis de sa blessure aux genoux l’ayant tenu à l’écart du jeu depuis les Olympiques, il est normal de se demander s’ils seront en mesure de compétitionner au même niveau que les Bruins et d’aller voler quatre matches. Les jeunes recrues Tomas Tatar, Riley Sheahan, Tomas Jurco, Luke Glendening et Brian Lashoff font le travail depuis leur rappel de Grand Rapids en milieu de saison dû principalement à une infirmerie bondée à Détroit. De plus, une autre belle surprise fut l’éclosion de Darren Helm en fin de campagne en plus de la fulgurante démonstration de talent du jeune Nyquist, qui a impressionné avec une récolte de 48 points en 57 parties, dont 28 buts avec le grand club cette saison. Ces deux joueurs ont propulsé les Red Wings vers une 23e participation consécutive aux séries d’après-saisons. Toutefois, toutes ces additions ne pourront jamais complètement combler le trou béant laissé par l’absence du capitaine et leader incontesté de cette équipe, Henrik Zetterberg. Il est évalué quotidiennement, mais n’est pas censé effectuer un retour avant la deuxième ronde, ce qui me fait douter des chances des Red Wings de causer LA surprise. Ce sont deux excellents coaches qui s’affronteront, Claude Julien et Mike Babcock ayant travaillé ensemble au sein du personnel d’entraîneurs d’équipe Canada aux Olympiques de Sochi. Il y a beaucoup de respect entre les deux hommes. Nul besoin de mentionner que ce respect se fera discret lorsque les hostilités débuteront entre ces deux équipes originales. Malgré l’acharnement des fiers représentants d’« Hockeytown », la machine bien huilée et bien dirigée des Bruins continuera son excellent travail de démolition. Ils sont les favoris pour l’emporter et ce n’est pas sans raison. Leur constance à toute épreuve leur a permis d’être couronnés gagnants du trophée du Président remis à la meilleure formation de la saison régulière (117 points suivis des Ducks à 116). L’immense expérience acquise l’an dernier en atteignant la finale de la coupe Stanley leur permettra de franchir la première ronde.

À ne pas oublier : Les Wings ont poussé la série à la limite l’an dernier face aux éventuels champions de la coupe Stanley, les Blackhawks de Chicago, en deuxième ronde. Ils seraient l’une des rares équipes avec Montréal que je verrais causer l’énorme surprise cette année en séries.

Ma prédiction : je dois donner la victoire aux Bruins, bien que j’aime les chances des Red Wings. Bruins en 7

Lightning de Tampa Bay (A2) VS. Canadiens de Montréal (A3)

getty

Bien entendu, la province et même le pays tout entier auront les yeux rivés sur cet affrontement qui s’annonce serré entre deux formations s’étant disputé l’avantage de la glace et la deuxième position de la division atlantique jusqu’à la toute fin du calendrier régulier. Bien que le Lightning ait finalement eu le dessus par un mince petit point sur le CH (101), je ne suis pas convaincu que l’avantage de la patinoire aura un réel impact dans cette série. C’est connu, les partisans du Canadien sont toujours fidèles au poste lorsque vient le temps de jouer en Floride et l’équipe s’y amène avec beaucoup de confiance, elle qui a une fiche de 11-3-1 à ses 15 derniers matchs depuis la fameuse remontée historique du club face aux Sénateurs. Bien que Tampa ait eu le dessus au niveau des affrontements de saison régulière (3-1), trois de ces parties se sont soldées par des victoires en prolongation ou en tirs de barrage. Rien n’est donc joué. De plus, malgré les performances rassurantes d’Anders Lindback depuis la blessure à Ben Bishop, il ne possède qu’une petite partie éliminatoire sous la cravate tandis que son coéquipier Bishop n’en possède aucune. Ce n’est pas de quoi être confiant plus qu’il ne le faut à l’approche d’une série 4 de 7 face à un duo de gardiens de la trempe de Price et Budaj. La défense gagne des championnats, comme le dit le légendaire dicton sportif. Rappelez-vous d’Halak en 2010. Très beau souvenir. Un bon gardien peut vous emmener loin en séries et en ce moment, leur meilleur gardien est sur la touche. Je suis donc persuadé que cette perte coûtera cher aux jeunes troupiers de Jon Cooper, dont les principales têtes d’affiche et nouvelles recrues ayant transformé le visage de cette franchise n’ont jamais expérimenté l’intensité du hockey éliminatoire (on parle ici des Ondrej Palat, Tyler Johnson, Nikita Kucherov, Alex Killorn, J.T. Brown, Mark Barberio, Richard Panik et Radko Gudas). Le premier trio du Canadien continuera son bon travail et propulsera le Canadien en deuxième ronde.

Ma prédiction : on ajoute à l’efficacité du trio Pacioretty-Desharnais-Vanek le brio de Carey Price et un meilleur équilibre de la production offensive au sein des quatre trios et on obtient une victoire en 6 non sans peine. Montréal en 6

Penguins de Pittsburgh (M1) VS. Blue Jackets de Columbus (Q1)

Sidney Crosby, Marc-Andre Fleury

Participation quelque peu étonnante pour les Blue Jackets qu’on n’attendait pas là en début de saison. Ils auront surpris bien des observateurs et c’est signe que la parité augmente au sein de la Ligue et que le sport se porte bien. Cette jeune équipe menée à l’attaque par le jeune et explosif Ryan Johansen donnera certainement du fil à retordre aux Penguins qui eux devront jouer de prudence pour éviter le quasi-fiasco de l’an dernier alors que l’équipe de la Pennsylvanie affrontait les Islanders et avaient galéré à clore le débat en 7 matchs à la surprise générale. Oui, les hommes de Dan Bylsma demeurent tout aussi dangereux. Avec des Crosby, Malkin, Neal, Kunitz et Letang en forme dans  l’alignement, l’équipe représentera toujours une menace. Cependant, on ne sent pas cette même domination et cette même fougue qui avaient permis aux Penguins de se rendre en finale deux ans de suite entre 2007 et 2009.

Ma prédiction : le talent des Penguins aura le dessus sur les coriaces Blue Jackets, qui auraient eu besoin de l’apport et de l’expérience de Nathan Horton en séries. Je ne suis pas non plus convaincu du niveau de performance des gardiens Bobrovsky et McElhinney. S’il n’arrive pas à être digne de son trophée vézina, le #72 et ses « Jackets » n’auront aucune chance face à la puissance offensive dévastatrice des Penguins malgré un Fleury parfois chancelant. Pittsburgh en 6

Rangers de New York (M2) VS. Flyers de Philadelphie (M3)

Florida Panthers v Philadelphia Flyers

Tout un affrontement qu’on a là entre deux formations ayant connues des hauts et des bas au courant de la saison. L’ajout de Martin St-Louis n’a pas eu l’impact désiré à New York, qui s’est tout de même replacé après un mauvais début de saison. Même histoire pour les Flyers qui, après le renvoi de Peter Laviolette et leur désastreux début de saison (4 victoires à leurs 15 premiers matchs), se sont bien repris, menés par leur capitaine Claude Giroux qui excelle depuis. Je donne l’avantage à la défense des Rangers avec les Staal, McDonagh et Girardi en plus du fait qu’ils possèdent en leur rang l’un des meilleurs gardiens du circuit en Henrik Lundqvist. Son expérience en séries leur permettra de forcer la tenue d’un match ultime qui sera remporté par Philadelphie grâce à leur attaque plus équilibrée et la constance qu’ils affichent depuis un certain temps maintenant. Alimenté par les Giroux, Simmonds, Voracek, Couturier, Read, Timonen et Streit notamment, le jeu de puissance des Flyers est redoutable (19,73%) et leur permettra de marquer des buts importants. L’indiscipline coûtera cher aux Rangers dans cette série. Sinon, robustesse, robustesse et encore robustesse. Je m’attends à une série physique âprement disputée, à l’avantage des « Broad Street Bullies ».

Ma prédiction : j’y vais avec l’effort et la hargne des Flyers.  Philadelphie en 7 

Conférence de l’Ouest

Avalanche du Colorado (C1) VS. Wild du Minnesota (Q1)

Ryan+O+Reilly+Calgary+Flames+v+Colorado+Avalanche

Équipe cendrillon de la saison, la troupe de Patrick Roy continuera d’opérer sous le charme de son leader incontesté encore l’espace d’une ronde, après quoi la perte de Matt Duchene se fera trop sentir pour leur permettre de continuer. Les joueurs de l’Avalanche jouent avec beaucoup de confiance présentement et l’immense talent de leurs jeunes joueurs, principalement MacKinnon et Landeskog, ainsi que l’éclosion de Johnson à la ligne bleue leur permettra de l’emporter de justesse. Bryzgalov devra connaître une excellente série pour que le Wild espère se rendre en deuxième ronde et je ne crois pas que cela se produira. Quoi qu’on ne sait jamais. Si la foule se met à l’applaudir, il sait être étonnant. Blague à part, leur attaque est excellente avec Pominville, Moulson et Parise notamment, en plus du capitaine Mikko Koivu qui continue de produire. Sur une note personnelle, le jeune et ancien des Sea Dogs Charlie Coyle m’impressionne énormément. Un bel avenir l’attend. Toutefois, l’absence de Granlund, les lacunes en défensive, où Suter est le seul véritable leader, et une faiblesse au poste de gardien de but ne permettra pas au Wild de vaincre le Colorado. Ce sera pour une prochaine fois (encore)!

Ma prédiction : l’équipe cendrillon poursuivra le bal, l’emportant en sept. Colorado en 7

Blues de St.-Louis (C2) VS. Blackhawks de Chicago (C3)

Buffalo Sabres v Chicago Blackhawks

Un duel de géants. Littéralement. C’est ce qui nous attend jeudi soir à St-Louis alors que s’enclenchera cette série fort attendue mettant aux prises deux anciens rivaux de la défunte division Norris, qui se détesteront encore davantage une fois le 4 de 7 terminé. Les champions en titre de la coupe Stanley feront tout en leur pouvoir afin de ravir pour une troisième fois en 5 ans le précieux trophée de Lord Stanley. Les retours des jeunes vétérans indispensables aux succès des Blackhawks, le capitaine Jonathan Toews et le talentueux Patrick Kane, ainsi que l’immense expérience victorieuse de l’équipe au printemps les mènera au second tour. Leur noyau demeure intact, avec les Crawford, Keith, Seabrook, Hossa et Sharp qui s’ajoutent à Toews et Kane nommés précédemment. La base solide de l’équipe est toujours présente et assure les succès perpétuels des Blackhawks. Ce qui est d’autant plus fascinant avec cette équipe, c’est qu’ils réussissent constamment à renouveler leurs joueurs de soutien qui viennent appuyer et compléter ce noyau déjà présent  malgré la perte d’excellents joueurs pour des raisons financières. Je pense entre autres à Ladd et Byfuglien qui ont quitté à l’été 2010, en plus de Bolland, l’auteur du but vainqueur du sixième match de la finale de l’an passé contre Boston, qui lui a quitté l’équipe l’été dernier. Le départ de ces joueurs ne se font pas sentir et c’est ce qui fait de cette formation selon moi une dynastie des temps modernes (car les dynasties du passé, où une équipe rafle tout plus de cinq années de suite, sont justement chose du passé étant donné la parité). À Saint-Louis, la désastreuse fin de saison des Blues et le faible rendement de Ryan Miller récemment facilitera la tâche des hommes de Joel Quenneville. Un malheur ne venant jamais seul, plusieurs joueurs des Blues manqueront à l’appel pour le premier match de la série. C’est notamment le cas du jeune Vladimir Tarasenko, blessé à une main depuis le 15 mars dernier, et le héros américain des Jeux olympiques de Sochi, T.J. Oshie qui, on le rappelle, a souffert d’une commotion cérébrale en raison d’une mise en échec disgracieuse, gracieuseté de l’attaquant du Wild Mike Rupp. On rajoute à ces deux éléments clés manquants les blessures au capitaine David Backes et aux attaquants Patrik Berglund, Brenden Morrow et Vladimir Sobotka qui sont toutes questionnables quant à une participation lors du premier match de la série. Rien pour aider cette équipe qui traverse une mauvaise passe à un bien mauvais moment.

Ma prédiction : les champions demeurent champions. Chicago en 6

Ducks d’Anaheim (P1) VS. Stars de Dallas (Q2)

Corey+Perry+Ryan+Getzlaf+Anaheim+Ducks+v+Phoenix+xDrrd6PRRV-l

Je ne passerai pas par quatre chemins. Les Ducks sont beaucoup trop fort pour Dallas qui peinera à contenir le talent offensif de Perry et Getzlaf. Cette équipe a beaucoup trop de profondeur pour se permettre une défaite aux mains des Stars. Je les place d’ailleurs en finale de la coupe Stanley, rien de moins. La blessure au défenseur Brenden Dillon n’aide en rien la cause des Stars, qui perdent du même coup les services d’un bon jeune défenseur pouvant jouer de longues minutes et apportant un aspect physique considérable qui manquera aux Stars éventuellement face aux Ducks. Toutefois, chapeau à l’équipe texane qui a réussi ce tour de force que représente une qualification dans l’Ouest. Ils prendront de l’expérience et fondent ainsi des bases solides au développement de cette organisation qui participe aux séries pour la première fois en six ans. Jim Nill est dans la bonne direction avec cette équipe sans aucun doute.

Pourquoi cette série est intéressante à regarder : elle nous permet de voir à l’oeuvre deux des meilleurs duos offensifs du circuit en Tyler Seguin et Jamie Benn à Dallas en plus de Cory Perry et Ryan Getzlaf à Anaheim.

Ma prédiction : Anaheim l’emportera facilement en cinq. Et je me sens généreux. Ducks en 5

Sharks de San Jose (P2) VS. Kings de Los Angeles (P3)

Los Angeles Kings v San Jose Sharks

Certainement le duel le plus imprévisible de la première ronde. Ces deux puissances de l’Ouest sont un excellent exemple du genre d’affrontement qu’on se serait attendu à voir en finale de conférence. Les deux équipes reposent sur des noyaux solides avec d’un côté les Pavelski, Marleau, Thornton, Boyle, Vlasic et Couture et de l’autre les Brown, Kopitar, Richards, Carter, Gaborik, Doughty, Voynov… Bref, de la profondeur, en veux-tu en vlà’ ! La différence se situera au niveau des gardiens de but, où je suis porté à donner un léger avantage à Quick et ses prouesses athlétiques hors du commun plutôt qu’à Niemi qui a lui aussi remporté une coupe Stanley, mais qui ne m’inspire pas la même confiance et ne possède pas la même énergie du désespoir souvent nécessaire à la confection de petits miracles qui mènent à des championnats. Les Sharks ont trop souvent été à court de ce genre de miracles, ce qui a contribué à leur décerner l’étiquette d’équipe croulant sous la pression, eux qui année après année possèdent une excellente formation et sont pourtant incapables de se frayer un chemin jusqu’au trophée de Lord Stanley. Cette interminable malédiction additionnée à l’expérience récente de champions vécue par de nombreux membres actuels des Kings me fait pencher en leur faveur.

Ma prédiction : cette série pourrait basculer d’un côté comme de l’autre. Ça se jouera à très peu, aux petits détails, mais les Kings auront finalement le dessus en l’emportant non sans peine en 7 rencontres. Kings en 7

Et voilà, les dés sont jetés. Vous, quelles sont vos prédictions ?


Les Ducks survivent à une remontée des Stars pour gagner le 1er match de la série


Les Ducks étaient prêts pour le début des séries! L’équipe de Bruce Boudreau a marqué 4 buts consécutifs, dont 3 en première période, pour commencer le match pendant que les Stars se demandaient ce qui venait de se passer. Dallas a tenté de revenir au score, mais ce fut trop peu, trop tard alors que les Ducks ont gagné 4-3.

Anaheim n’a pas eu que des bonnes nouvelles dans ce match toutefois. Tout d’abord, la remontée des Stars a montré quelques faiblesses dans la défense de l’équipe. Également, Matt Beleskey, qui complétait bien le trio de Getzlaf et Perry, n’a pas terminé le match avec une blessure au bas du corps. Il avait 1 but et 1 passe avant de se blesser dans ce match. Parlant de Getzlaf, il a reçu un lancer en plein visage en fin de partie et ça risque de laisser une marque.

Les Ducks prennent donc les devants 1-0 dans la série. Le prochain match de la série se jouera vendredi soir à 22h.

1-0 Ducks, Palmieri (Bonino, Winnik)

1-0

2-0 Ducks, Getzlaf (Beleskey, Perry)

2-0

3-0 Ducks, Perreault (Maroon, Getzlaf)

3-0

4-0 Ducks, Beleskey (Beauchemin, Selanne)

4-0

4-1 Ducks, Ja. Benn (Chiasson, Seguin)

4-1

4-2 Ducks, Sceviour (Eakin, Jo. Benn)

4-2

Mauvaise sortie de Lehtonen en 3e période

Lehtonen

4-3 Ducks, Seguin (Daley, Nichushkin)

4-3

Getzlaf reçoit le lancer de Seguin en peine face

Getzlaf


Les Penguins gagnent le 1er match de leur série contre les Jackets par la marque de 4-3


Les Penguins n’ont pas mené longtemps pendant le match, mais ils ont mené au bon moment. Après avoir tiré de l’arrière pendant la majorité de la première période, ils ont égalé le score en début de 2e avant de prendre les devants en milieu de 3e. Ils n’ont pas regardé derrière par la suite et ont gagné 4-3 contre les Blue Jackets de Columbus dans le premier match de la série.

Bien évidemment, dans un match aussi offensif, les deux gardiens ont accordé des buts qu’ils auraient aimé revoir. Celui que Bobrovsky va regretter est celui qui fait le plus mal puisqu’il s’agit du but gagnant de Brandon Sutter qui a passé au travers de l’ancien gagnant du trophée Vezina.

La série est maintenant 1-0 en faveur des Penguins. Le prochain match aura lieu samedi prochain à 19h

1-0 Jackets, Johnson (Dubinsky)

1-0

1-1 Jokinen (Malkin, Maatta)

1-1

2-1 Jackets, Letestu (Johnson, Jenner)

2-1

3-1 Jackets, MacKenzie

3-1

3-2 Jackets, Bennett (Niskanen, Martin)

3-2

3-3 Niskanen (Malkin, Crosby)

3-3

Crosby et Dubinsky s’écœurent sur la glace

Crosby Dub

4-3 Penguins, Sutter (Bennett, Martin)

4-3


Le montage d’ouverture des séries de CBC est incroyable

Price

Le retour des séries éliminatoires veut aussi dire qu’on aura droit à un montage d’ouverture de la CBC tous les jours. Ces montages sont toujours incroyables et lorsque le Canadien est impliqué, c’est la cerise sur le sundae.

Le monteur Tim Thompson n’a pas déçu, encore une fois cette année, en ouvrant la saison avec un rappel du passé avant de regarder vers ce qui s’en vient pendant les 2 meilleurs mois de hockey de l’année. En plus, en trame sonore, on avait un classique de Metallica.

Mettons que ça contredit ceux qui disent que le hockey des séries n’est pas violent. Le nombre de coups illégaux et de bons combats qu’on a vu dans ce montage est assez incroyable.

Ça reste un classique de la CBC. Des retours dans le passé comme seul le réseau national peut faire entrecoupés de moments récents qui nous rappelle à quel point ce qui s’en vient est lfun à regarder.