Suivez 25stanley sur Facebook!

Kerby Rychel, une cible possible pour le Canadien?

Elliotte Friedman a publié une rumeur assez intéressante samedi après-midi. Selon l’informateur de Rogers, les Blue Jackets de Columbus magasineraient présentement Kerby Rychel, un ailier gauche de 20 ans qui a passé la majorité de la saison dans la AHL, mais qui a amassé 3 passes en 5 matchs dans la LNH cette année.

Après la publication de cette information, Marc-Antoine Godin a rappelé que Trevor Timmins adorait cet espoir et qu’il l’avait évalué de près même s’il n’allait pas être disponible lors du rang de sélection du Tricolore en 2013. C’est donc un joueur qui intéresserait le Tricolore et c’est bon de noter que le père de Kerby, Warren, a côtoyé Marc Bergevin dans l’organisation des Hawks en 1987-88. Ça veut dire que le DG du Canadien connait bien la famille, ce qui aide son évaluation.

Rychel est disponible puisque les Jackets comptent sur plusieurs bons jeunes attaquants et qu’ils ont besoin d’aide en défense. Selon Aaron Portzline, un journaliste solide sur le beat des Jackets, l’équipe aimerait obtenir un défenseur de top 4 en retour.

Le premier nom qui nous vient en tête est celui d’Alexei Emelin. Les Jackets ont de la place pour accueillir son 4,1 M$ alors que le Canadien a besoin de faire de la place sous sa masse salariale pour Jeff Petry. En plus, Emelin est un gars très robuste et c’est exactement ce que Columbus recherche.

Malheureusement pour le Canadien, Emelin a une clause de non-échange, ce qui pourrait compliquer les choses. Les Jackets sont une équipe très européenne, donc ça pourrait aider, mais il faudrait probablement que Bergevin sorte un autre lapin de son chapeau pour compléter cette transaction. Sinon, il y a toujours Tom Gilbert, mais sa valeur a quelque peu diminué cette saison, et Tinordi est probablement trop jeune pour être échangé.

Pour revenir à Rychel, ce n’est pas le joueur le plus rapide, mais c’est un attaquant de puissance qui est capable de marquer et de s’imposer sur la glace. C’est le genre de gars que Michel Therrien aime puisqu’il joue gros pour ses 6 pieds 1 pouce. La foule de Montréal l’adorerait aussi si Bergevin peut lui mettre la main dessus.


Les dernières informations concernant le carrousel d’entraîneurs dans la LNH

Babcock Holland

Même s’il n’y a pas eu d’annonce officielle, le carrousel des entraîneurs a pas mal bougé au cours des dernières heures. Une bonne partie de ce mouvement peut être expliquée par une longue entrevue de TSN avec Ken Holland et Mike Babcock. Dans cet entretien, Babcock a dit qu’il avait reçu au moins 2 offres et qu’il allait prendre sa décision mercredi prochain.

Si l’on se fie à Bob McKenzie, les 3 équipes dans la course pour Babcock présentement seraient les Wings, les Sabres et les Maple Leafs. Selon Elliotte Friedman, les Sabres feraient beaucoup de travail pour convaincre le coach présentement. On dirait donc que l’entraîneur restera dans le chemin du Canadien au cours des prochaines saisons.

Ailleurs dans le carrousel d’entraîneurs, Todd McLellan semble toujours se diriger vers les Oilers d’Edmonton. Pour ce qui est du reste, Jeff Marek, qui n’est pas un informateur pour Sportsnet, mais qui a quelques informations intéressantes de temps en temps, a lancé quelques noms pour les équipes sans entraîneur dans son podcast vendredi.

Selon Marek, si Babcock ne choisit pas les Maple Leafs, il faudra surveiller le nom de Jeff Blashill à Toronto. Blashill est aussi le remplaçant prévu à Detroit si Babcock quitte, donc ce sera une course intéressante à suivre si jamais le coach choisit d’aller à Buffalo. Ça suit les infos de Damien Cox pendant sa chronique à HNIC alors qu’il a mentionné que plusieurs équipes aimaient Blashill.

Marek a aussi parlé des Sharks de San Jose, qui sont encore à la recherche d’un entraîneur. Selon l’animateur de Sportsnet, Adam Oates sera un nom à surveiller pour ce poste puisqu’il serait en mesure de bien connecter avec Joe Thornton. Samedi après-midi, Friedman a toutefois précisé que les Sharks vont parler à plusieurs candidats. Dave Lowry serait un des coachs à surveiller selon Friedman.

DG de Toronto

Cox et Friedman ont aussi parlé de la recherche des Maple Leafs pour leur nouveau DG. Ils ont nommé 4 candidats (Julien Brisebois, Mike Futa, Jeff Gorton et George McPhee). Dans le cas de Brisebois, plusieurs ont des doutes par rapport à son désir de quitter Tampa pour Toronto.

Pour ce qui est de Gorton, les questionnements sont par rapport aux Rangers, qui pourraient l’empêcher de négocier avec les autres équipes. Tant qu’ils seront en séries, il n’aura pas le droit de parler aux autres organisations et certaines rumeurs parlent de lui comme futur remplaçant de Glen Sather, qui a 71 ans, à New York.


Le Canadien partagerait le Centre Bell avec une équipe de la NBA et ils en ont parlé à Adam Silver

Réjean Tremblay avait une information intéressante dans son texte de samedi matin. Selon Tremblay, l’ancien ministre et sénateur conservateur, Michael Fortier, et Kevin Gilmore, vice-président exécutif du Canadien, ont rencontré le commissaire de la NBA, Adam Silver, en janvier. Fortier voulait démontrer son intérêt pour l’acquisition d’une équipe de la NBA.

Pour sa part, Gilmore était là pour dire que le Canadien serait prêt à partager le Centre Bell avec une équipe de basketball. Le Tricolore aiderait également l’organisation lors de son lancement. Geoff Molson n’est toutefois pas intéressé à investir dans l’aventure. Ce ne serait pas un problème pour Fortier, qui aurait déjà trouvé quelques investisseurs.

Bien évidemment, Silver leur a dit qu’il n’y a aucune équipe qui est sur le point de déménager présentement et qu’aucun processus d’expansion n’était prévu pour le moment. Fortier et Gilmore savaient ça avant la rencontre, mais ils voulaient quand même démontrer leur intérêt.

La NBA est en plein essor présentement. À cause des contrats télé, les franchises valent à peu près tous un milliard ou plus. Cette santé financière fait en sorte que le groupe de Montréal n’est pas le seul à vouloir entrer dans la ligue. Présentement, Seattle est le premier marché visé pour une expansion ou un déménagement, donc ce n’est pas comme si Montréal était en tête de file.

Ceci étant dit, comme la ligue aime développer les marchés internationaux, on imagine qu’une 2e équipe au Canada serait intéressante. En plus, le marché a commencé à prouver sa viabilité avec les matchs pré-saison des dernières années et selon Tremblay, les Raptors adoreraient l’arrivée de Montréal dans la ligue puisque ça créerait une bonne rivalité.

Les chances que ça arrive sont quand même faibles, mais c’est bon de voir qu’il y a un groupe d’investisseurs assez sérieux pour rencontrer le commissaire. Avec un peu de chance, on pourrait se retrouver avec une équipe de la NBA à Montréal dans quelques années.

Via The Score


Les Canucks ne savent pas encore ce qu’ils feront avec leurs gardiens

Même avec les départs de Roberto Luongo et Cory Schneider au cours des dernières années ainsi que la signature de Ryan Miller à un contrat de 3 ans – 18 millions cet été, les Canucks doivent encore gérer une controverse de gardiens de but. Cette fois-ci, les Nucks doivent choisir entre Eddie Lack et Miller tout en comptant sur Jacob Markstrom, qui est agent libre avec restriction, comme possible réserviste.

Lack sera agent libre sans restriction en 2016 et le DG de l’équipe, Jim Benning, a dit au Vancouver Sun mardi qu’il allait prendre une décision avant le repêchage. Si Lack n’est pas son gardien du futur, il tentera de l’échanger pour obtenir quelque chose en retour avant qu’il ne devienne libre comme l’air.

On ne sait pas ce qui se passera avec Miller si jamais Benning et son équipe de recruteurs décident que Lack est le gardien de tête à Vancouver, mais on imagine que l’organisation ne voudra pas payer 6 millions par année pour un substitut.

Cette année, Lack a maintenu un meilleur % d’arrêts que Miller à 5 contre 5, tant en saison régulière qu’en séries. C’est ce qui lui a valu le poste de partant en première ronde, mais il l’a perdu auprès de Miller, qui a accordé 5 buts sur 31 lancers dans le dernier match de l’année.

Sans compter Markstrom, l’équipe dépense près de 8 M$ sur ses gardiens (6 pour Miller; 1,15 pour Lack et 800 000 pour Luongo) et leurs résultats sont quand même très décevants à ce niveau. Ce sera intéressant de voir qui paiera le prix pour cette situation.


Rumeurs de Rogers // La cible des Oilers ne serait pas Mike Babcock

getty

Pendant le match du Canadien samedi soir, Elliotte Friedman, de Rogers, nous a donné ses dernières informations par rapport à la course aux entraîneurs. L’informateur a parlé à Babcock samedi et le coach lui a dit qu’il ne fallait pas assumer qu’il n’allait pas être de retour derrière le banc des Red Wings.

Selon Friedman, Babcock a 3 priorités en ce qui concerne sa nouvelle équipe. La première est sa relation de travail avec le DG et le propriétaire de l’organisation. Ensuite, c’est le plan de la formation pour le futur. Finalement, il faut qu’il voit comment sa famille va s’adapter à la ville. Friedman a noté qu’il n’y avait rien par rapport à son contrat.

Il a expliqué ça en disant que peu importe où il ira, l’équipe sera prête à le payer. Babcock veut aussi visiter les villes qui l’intéressent avant de prendre une décision et cela pourrait allonger le processus puisqu’il sera au championnat mondial jusqu’au 17 mai. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Wings, qui aimeraient que le tout soit conclu dans 2 semaines.

Les Oilers ne veulent pas vraiment attendre eux non plus et Friedman a évoqué la possibilité qu’Edmonton se concentre sur McLellan pendant que tout le monde se tourne vers Babcock. Selon Friedman, si les Oilers en ont la chance, ils vont nommer McLellan comme entraîneur-chef avant de tenter de poursuivre Babcock. Ils ont également rencontré Todd Nelson, leur coach par intérim, aujourd’hui, donc on imagine qu’il est le plan B.

Le collègue de Friedman, Damien Cox, a pour sa part parlé d’Auston Matthews, le favori pour devenir le premier choix du repêchage de 2016. Selon Cox, plusieurs équipes suisses ont contacté l’espoir pour voir s’il serait intéressé à jouer une année professionnelle en Europe avant d’entrer dans la LNH.

Ça s’est concrétisé dimanche matin alors qu’il a signé avec les Lions de Zurich. C’est rare que l’on voit ça pour un espoir de sa trempe, mais s’il veut faire de l’argent immédiatement, ce n’est pas une mauvaise option.


Les Red Wings ne seraient pas prêts à payer le futur salaire de Babcock

Après la nouvelle de ce matin, on commence à en apprendre un peu plus sur la situation de Mike Babcock. On sait notamment que la décision doit être prise avant le 25 mai parce que les Red Wings ne veulent pas niaiser avec Jeff Blashill, qui sera le remplaçant de Babcock s’il quitte Detroit et qui pourrait très bien se trouver une autre job dans la LNH s’il n’obtient pas le poste des Red Wings.

En début de soirée vendredi, Nick Kypreos a éclairé un peu plus la situation. L’informateur de Sportsnet a tweeté que Babcock avait refusé une offre des Wings (4 ans/16-18M$) avant que ceux-ci lui donne la permission de parler aux autres équipes.

Toujours selon Kypreos, les Wings ne seraient pas prêts à payer le coach 5 millions par année, ce qui est le cas de d’autres équipes dans la ligue. Ça suit le point de Darren Dreger pendant le Sportscentre de vendredi soir.

Pendant son intervention, l’informateur de TSN a dit que l’entraîneur risque de gagner plus de 5 millions par année à partir de la saison prochaine. Ça établirait un nouveau marché pour les coachs de haut niveau et c’était un des buts du coach des Wings au début de ce processus.


Peter DeBoer est un autre coach sans emploi à surveiller

En laissant Mike Babcock parler aux autres équipes, les Red Wings de Detroit ont officiellement lancé le carrousel des entraîneurs vendredi matin. Le groupe de coachs disponibles est incroyable cet été et on ne parle pas juste de Babcock et McLellan. Ces deux gars-là sont certainement les priorités des équipes sans entraîneur, mais il y a quand même de bons plans B.

Par exemple, les Maple Leafs ont déjà contacté Guy Boucher. Selon Darren Dreger, plusieurs formations, dont les Sharks et les Oilers, ont aussi parlé à Peter DeBoer, l’ancien coach des Devils et des Panthers. Il a été renvoyé cette saison et il ne serait pas un mauvais choix à San Jose, considérant son habileté pour coacher des vétérans.

Pour ce qui est des Red Wings, leur plan semble assez clair. Ken Holland veut régler dans 2 ou 3 semaines et si Babcock n’accepte pas une des deux offres de Detroit, l’organisation donnera le poste à Jeff Blashill, leur coach dans la AHL qui est prêt à faire le saut depuis quelques saisons déjà.


Les Maple Leafs auraient contacté Guy Boucher

guy-boucher-cicatrice

Mardi après-midi, Guy Boucher a fait parler de lui en accordant une entrevue à la station de radio de TSN à Toronto. Pendant cette entrevue, Boucher a admis qu’il serait ouvert à un retour dans la LNH si les circonstances étaient bonnes pour lui et sa famille. Boucher a aussi dit qu’il a déjà été approché par une équipe du circuit Bettman.

Boucher coache présentement en Suisse pour l’équipe de Berne. Il a fait du bon travail avec cette formation et il est encore sous contrat avec l’organisation pour la saison prochaine. Par contre, il a une clause de sortie s’il reçoit une offre de la LNH qui l’intéresse.

Selon Darren Dreger, les Maple Leafs de Toronto, qui sont présentement à la recherche d’un DG et d’un coach, seraient l’équipe ou une des équipes qui a contacté Boucher pour leur poste derrière le banc. Lors de sa dernière conférence de presse, Brendan Shanahan n’avait pas écarté la possibilité d’engager un coach avant un DG parce que si les deux embauches cadrent avec la philosophie de l’équipe, ils devraient bien s’entendre.

C’est donc possible que les Leafs aient contacté l’ancien coach du Lightning et des Bulldogs. Ceci étant dit, l’équipe de Toronto va probablement attendre que Babcock prenne sa décision avant d’engager un nouvel entraîneur.


Peter Chiarelli a rencontré Todd McLellan à Prague

En attendant la décision de Mike Babcock, Todd McLellan est l’entraîneur le plus en demande dans la LNH présentement. Par contre, comme il dirige le Canada au championnat mondial, il ne peut pas nécessairement parler aux équipes intéressées… sauf si elles se déplacent à Prague.

Selon Terry Jones du Edmonton Sun, c’est exactement ce que Peter Chiarelli, le nouveau DG des Oilers, a fait en fin de semaine. Il n’est toutefois pas resté assez longtemps pour croiser Mike Babcock, avec qui il ne peut même pas négocier puisqu’il est encore sous contrat avec les Red Wings.

La situation des Oilers est intéressante puisqu’ils veulent garder Todd Nelson, qui a bien fait derrière le banc de l’équipe en fin de saison, mais ils veulent aussi explorer leurs options parmi les meilleurs candidats. Il faut dire qu’avec l’arrivée de McDavid, c’est soudainement plus intéressant de coacher en Alberta.

McLellan serait un candidat intéressant pour les Oilers parce qu’avant d’être assistant à Detroit ou coach à San Jose, il a excellé dans la AHL ainsi que dans la WHL. Il a donc prouvé qu’en plus d’être un bon coach, il est capable de travailler avec des jeunes, ce qui est crucial pour un entraîneur qui pense prendre la job à Edmonton.

La situation Babcock-McLellan crée un dilemme intéressant pour les équipes de la LNH. Babcock est clairement la meilleure option et McLellan est évidemment 2e, mais comme on ne sait pas encore si l’entraîneur de Detroit quittera les Red Wings, ça force les équipes sans entraîneur, et Todd McLellan, à jouer au poker en attendant une décision.

Si les Oilers y vont à fond pour engager McLellan avant que Babcock décide de son avenir, ils perdent leur chance d’obtenir le meilleur coach, mais ils s’assurent de ne pas se retrouver avec les mains vides à la fin de l’été.

Via Puck Daddy


Il ne reste que 4 candidats pour le poste de DG des Bruins

Le processus de recherche pour le prochain DG des Bruins de Boston est toujours en cours, mais si l’on se fie à Joe McDonald d’ESPNBoston, la liste de candidats a été réduite à 4 récemment. Parmi ceux qui ont fait la coupure, on retrouve Don Sweeney, qui travaille avec l’équipe depuis 2006 et qui est le favori depuis le renvoi de Chiarelli.

Un autre candidat notable est l’ancien DG des Penguins de Pittsburgh, Ray Shero. Il avait été un candidat en 2006 lorsque l’équipe a finalement décidé d’engager Peter Chiarelli. L’intérêt de la direction des Bruins est donc loin d’être récent et la Coupe Stanley qu’il a gagné entretemps ne doit pas nuire.

L’autre candidat connu a aussi des liens avec l’organisation. Il s’agit de Jeff Gorton, qui a été l’assistant-DG des Bruins de 1999 à 2006. Il a également été le DG par intérim avant l’embauche de Chiarelli. Par la suite, il s’est joint aux Rangers de New York où il occupe présentement le rôle d’assistant au directeur général. On ne connait pas l’identité du 4e candidat.

En tant que fan du Canadien, c’est difficile d’identifier celui qui serait le candidat idéal pour scrapper les meilleures années de Patrice Bergeron. Par contre, on peut espérer que le candidat choisi  donne raison aux rumeurs qui envoient Mike Milbury derrière le banc de l’équipe. Parlant de cette rumeur, Claude Julien doit avoir hâte que la direction fasse son choix pour savoir si son futur est à Boston ou s’il doit se trouver une nouvelle job.

Via The Score