Suivez 25stanley sur Facebook!

John Tortorella aurait demandé aux Canucks de racheter Alex Burrows

Tortorella

Ça fait maintenant quelques semaines que les Canucks ont renvoyé John Tortorella suite à sa saison catastrophique à la barre de l’équipe et les détails croustillants commencent à sortir à Vancouver.

Un journaliste du Globe & Mail nous a même appris une des raisons qui expliquait la mésentente entre Tortorella et les dirigeants de l’équipe. En effet, selon Gary Mason, l’entraîneur aurait voulu que les Canucks rachètent le contrat d’Alex Burrows. Bien évidemment, les Nucks ont refusé de faire ça.

Cette saison, Burrows écoulait la 1ère année d’un contrat de 4 ans d’une valeur de 18 millions. Dans une saison entachée par les blessures, l’attaquant québécois a amassé 15 points en 49 matchs. Ce sont des chiffres décevants pour lui, mais ce serait quand même stupide de le racheter et on le voit en regardant les statistiques avancées.

En effet, parmi tous les attaquants qui ont joué au moins 41 matchs dans la LNH cette saison (326), Burrows avait le 26e pire PDO (96,5). On se rappelle que le PDO est l’addition du % de lancers qui déjouent le gardien adverse et du % d’arrêts du gardien d’une équipe lorsqu’un joueur est sur la glace. La moyenne de la ligue est donc de 100 et c’est surtout basé sur la chance.

C’est donc dire que l’an prochain, Burrows devrait retourner à un chiffre autour de 100. Pour vous donnez une idée, si l’attaquant québécois avait eu le même % de réussite lorsqu’il était sur la glace cette année qu’auparavant dans sa carrière, il aurait eu 11 points de plus à sa fiche. Mettons qu’il y a une bonne différence entre une saison de 26 points une autre de 15 points et c’est la différence que la malchance a causée pour Burrows cette saison.

En plus, les Nucks ont connu leurs meilleurs moments lorsque Burrows est revenu dans l’alignement après sa première blessure et ils ont replongé dans l’abysse lorsqu’ils s’est blessé à nouveau.

Bref, ce serait stupide de la part des Nucks de faire ce geste, surtout que ce serait basé sur de la malchance. Il n’y a pas de doute que ça a aidé à dégager Tortorella de Vancouver, même si Mike Gillis n’est plus en place.


Alex Galchenyuk de retour contre les Rangers?

alex galchenyuk - genie bouchard - credit: 25stanley

Alex Galchenyuk pourrait revenir au jeu lors de la troisième ronde des séries éliminatoires, selon ce que rapporte TSN 690. L’attaquant du CH a patiné en compagnie de quelques-uns de ses coéquipiers mercredi dernier avec un chandail sans contact.

L’Américain (aux origines russes) n’a pas joué depuis le début des séries, donc il pourrait effectuer un retour au jeu contre les Rangers de New York et ainsi disputer son premier match de la valse printanière cette année.

Le joueur du CH est blessé au genou droit depuis le 9 avril dernier. Il avait quitté la rencontre face aux Blackhawks de Chicago au United Center.

Dans la mesure où Galchenyuk est prêt à jouer, Michel Therrien aura des décisions difficiles à prendre. Il devra rayer un joueur qui est actuellement dans l’alignement pour faire une place au joueur de 20 ans.


Dan Bylsma est dans le trouble à Pittsburgh

BylsmaDidIEffUp

Avec la défaite d’hier soir, c’est certain qu’il va y avoir des changements à Pittsburgh pendant la saison morte. Depuis leur coupe de 2009, les Penguins ne sont pas en mesure de répondre aux attentes incroyables que les experts placent en eux au début de la saison.

Si on se fie aux premiers échos de la part des journalistes, un de ceux va payer le prix pour cette élimination « hâtive » est l’entraîneur Dan Bylsma. Selon John Buccigross d’ESPN, il y a 99,98 % de chances qu’il soit renvoyé l’an prochain puisqu’il y avait énormément de dissension dans le vestiaire des Penguins à cause de l’entraîneur.

Les journalistes locaux semblent d’accord puisqu’en conférence de presse après la défaite du 7e match, ils l’ont questionné par rapport aux conséquences de cette défaite. Bref, de la façon dont ceux qui sont au courant de la situation en parlent, ce n’est qu’une question de temps avant que l’entraîneur perde son emploi.

Bylsma n’est toutefois pas le seul à voir sa sécurité d’emploi disparaître sous ses yeux. Selon Rob Rossi, un des journalistes les mieux connectés à Pittsburgh, le groupe de propriétaires étudie présentement un scénario qui verrait un nettoyage complet du département hockey.

Cela voudrait dire le départ de tous les entraîneurs ainsi qu’une bonne partie du personnel exécutif, incluant les recruteurs. Ce scénario pourrait toutefois prendre du temps avant de se concrétiser puisque le repêchage est dans un mois et que ce serait impossible d’obtenir le personnel à temps pour l’encan amateur.

Pour revenir à Bylsma, la situation est tellement évidente que les rumeurs entourant son futur remplaçant ont déjà commencé. On a déjà entendu parler de Mike Babcock et Barry Trotz. Une chose est certaine, ça va brasser à Pittsburgh cet été.


Barry Trotz, le prochain entraîneur des Capitals?

Barry Trotz

Après 15 saisons à la barre des Prédateurs de Nashville, Barry Trotz ne semble pas vouloir prendre une année sabbatique. Lorsque le Washington Post l’a contacté, l’entraîneur n’est pas passé par 4 chemins en disant qu’il voulait être entraîneur dans la LNH l’an prochain.

Trotz a également mentionné que les Capitals de Washington ont été parmi les premiers à le contacter après son renvoi pour savoir ce qu’il voulait faire. Bien évidemment, Trotz ne veut pas fermer de portes présentement et il a mentionné au Post qu’il était excité de faire face à un nouveau défi.

Lorsqu’il a été questionné par rapport à l’équipe de Washington qui est aux antipodes de la formation qu’il avait sous la main à Nashville, Trotz a mentionné qu’il est capable de s’adapter selon ce qu’il a sous la main. Il a également fait référence aux années où Paul Kariya était à Nashville et où les Prédateurs étaient parmi les équipes qui marquaient le plus de buts dans la LNH.

Il faut dire qu’il y a de l’histoire entre les deux parties. Trotz a obtenu son premier emploi au niveau professionnel avec l’équipe de la ligue américaine des Capitals en 1990. Il a même gagné la Coupe Calder pendant ce passage avec l’équipe.

Par contre, les Capitals ne sont pas les seuls dans la course pour les services de Trotz. Toutes les équipes sans entraîneur-chef sont dans les rumeurs pour cette course et Barry devrait pouvoir choisir sa nouvelle destination. Ce n’est rien de surprenant puisqu’un gars ne garde pas le même emploi pendant 15 ans en étant un pied de céleri.


Crosby ou Malkin échangé si les Penguins s’inclinent contre les Rangers?

evgeni-malkin-monaco-1

Dans la mesure où les Penguins perdent le septième et ultime match de la série contre les Rangers de New York, Sidney Crosby ou Evgeni Malkin pourrait changer d’adresse, selon Bob McKenzie (TSN).

La troupe de Dan Bylsma menait la confrontation de deuxième tour 3-1, mais celle-ci est maintenant égale 3-3. Les hommes d’Alain Vigneault ont connu deux bons matchs pour niveler la marque et pousser la série à la limite.

Si les Penguins s’inclinent, une « tête pourrait tomber » du côté de Pittsburgh. Évidemment, les deux joueurs étoiles feraient beaucoup de mouvements auprès des directeurs généraux de la LNH. Plusieurs d’entre eux seraient intéressés à l’un d’eux.

Depuis le commencement de la valse printanière, Crosby a amassé 9 points tandis que son coéquipier russe a récolté 13 points en 12 matchs.


Jason Spezza et Dion Phaneuf sur le marché des échanges

Kypreos

L’insider de Sportsnet, Nick Kypreos, a décidé de démarrer le bal des rumeurs de transaction dimanche soir. Pour ceux qui ne connaissent pas Kypreos, il sort moins de rumeurs que ses compétiteurs Lebrun, Dreger ou McKenzie, mais quand il en sort, c’est béton.

C’est cette réputation qui fait en sorte que son tweet de dimanche soir est si intéressant. Kypreos a écrit que les deux capitaines des équipes de l’Ontario sont présentement magasinés par leurs équipes respectives. Selon l’employé de Sportsnet, leurs équipes ne les magasinent que dans l’Ouest. On imagine que c’est le cas parce qu’ils ne veulent pas les revoir trop souvent dans une saison.

Le cas de Dion Phaneuf est assez intéressant puisque la prolongation de contrat qu’il a signé plus tôt cette saison entrera en vigueur la saison prochaine. Cette prolongation est d’une valeur de 49 millions et d’une durée de 7 ans.

Pour ce qui est de Spezza, il ne lui reste qu’une année à son contrat qui compte pour 7 millions sur la masse salariale, mais qui ne le paiera que 4 millions l’an prochain. Cela fait en sorte qu’une équipe voulant économiser et atteindre le plancher salarial pourrait être avantagé par ce contrat. Le capitaine des Sénateurs a également une clause de non-échange qui pourrait compliquer le tout.

Même si cette rumeur est fiable, il faut se rappeler que le marché des échanges ne s’alimentera pas immédiatement et qu’une conclusion d’un de ces dossiers avant le repêchage serait très surprenante.


Les Maple Leafs ont décidé de garder Randy Carlyle


Après une autre saison sans séries et une équipe qui s’est fait dominer toute l’année, la majorité des fans des Leafs espéraient un changement d’entraîneur-chef. Des rumeurs qui envoyaient Mike Babcock derrière le banc de leur équipe les avaient énervé. Malheureusement pour eux, il semble que les Leafs aient décidé de garder Randy Carlyle.

Selon ce que Darren Dreger, l’insider de TSN et le cousin du DG des Leafs, a tweeté jeudi, le fait que Carlyle n’ait pas encore été renvoyé indique qu’il devrait être de retour derrière le banc l’an prochain.

Dreger est pas mal le gars le mieux plogué avec l’équipe et s’il le dit, c’est que c’est vrai. C’est donc dire que l’arrivée de Shanahan comme président de l’équipe n’aura pas amené les changements que les fans auraient souhaité.

C’est une excellente nouvelle pour le Canadien puisque plusieurs indicateurs nous montrent que Carlyle est un mauvais entraîneur et que les Leafs auraient terminé dans la cave si ce n’était pas du fait que Jonathan Bernier a été excellent devant le filet des siens. Si Bernier revient sur Terre l’an prochain, Toronto est dans une mauvaise situation.

AJOUT : Les Maple Leafs ont officialisé le retour de Carlyle, mais ont laissé aller 2 entraîneurs-adjoints. Ils ont également prolongé le contrat de Carlyle.


Une entente verbale forcera les Red Wings à garder Dan Cleary l’an prochain

cleary

Au début de l’année, Dan Cleary était censé signer un contrat avec les Flyers de Philadelphie. À la dernière minute, il a changé d’idée et il a décidé de signer un contrat d’un an et d’une valeur plus faible avec les Red Wings de Detroit.

Les raisons n’étaient pas trop claires à ce moment-là alors que Cleary avait seulement dit qu’il se sentait plus à l’aise à Detroit et que c’était là qu’il était plus confortable pour poursuivre sa carrière.

Malheureusement pour lui, la saison ne s’est pas passée comme il aurait aimé. Il n’a inscrit que 8 points en 52 matchs et il a été retiré de la formation alors qu’il était en santé à plusieurs reprises. Ça ressemblait pas mal à sa dernière saison dans la LNH.

C’est là que les Red Wings ont un problème. Selon ce qu’a appris Helene St. James, une journaliste de Detroit, une des raisons pour lesquelles Cleary a signé à Detroit est une entente verbale qu’il avait avec l’équipe. Cette entente stipulait que les Red Wings allaient employer Cleary la saison prochaine.

Bien évidemment, avec la performance qu’il a offerte cette année, les Red Wings ne veulent plus l’avoir dans leur équipe. Toutefois, ils ne veulent pas laisser tomber leur entente verbale non plus. Techniquement, comme c’est verbal, les Wings n’auraient aucune punition s’ils abandonnaient cette entente, mais ils auraient une mauvaise réputation avec les joueurs.

Les Wings sont donc dans une situation inconfortable. Si l’attaquant de 35 ans prend sa retraite, ce n’est pas trop pire puisqu’on peut lui offrir un emploi administratif dans l’organisation, mais s’il veut continuer à jouer, les Wings devront choisir entre une équipe de moins bonne qualité ou une mauvaise réputation avec les agents libres.


Mike Babcock derrière le banc des Maple Leafs en 2014-2015?

babcock

Mike Babcock, entraîneur-chef des Maple Leafs en octobre prochain, c’est impossible right? Peut-être pas. Babcock n’a qu’une année à son entente avec les Wings et selon Nick Kypreos, un insider de Sportsnet, il est possible que l’entraîneur de Team Canada à Sotchi puisse se retrouver à Toronto l’an prochain.

Voici un compte-rendu du passage de Kypreos à la radio mardi soir où il parlait de cette possibilité.

Babcock

Babcock 1

Babcock 2

Babcock 3

Babcock 4

Babcock 5

Babcock 6

Babcock 7

Babcock 8

Babcock 9

Babcock 10

Donc, Kypreos ne dit pas que ça va arriver, mais dit que c’est possible. Selon l’insider de Sportsnet, Babcock ne voudra pas coacher avec une seule année à son contrat et sur le marché, il serait capable d’obtenir plus de 3 millions par année, ce qui est pas mal pour un entraîneur. Toutefois, Kypreos a ajouté que Tim Leiweke sera prêt à payer, lui qui l’a déjà prouvé avec le Toronto FC et le groupe d’équipes sportives qu’il dirigeait à Los Angeles.

Par contre, contrairement à ce qu’on pourrait penser, Brendan Shanahan et Mike Babcock ne sont pas les plus grands admirateurs l’un de l’autre et si Babcock devait arriver à Toronto, ce serait un geste de Leiweke et non de Shanahan.

Également, le fait que Babcock ait encore un contrat d’un an avec les Wings serait certainement un problème puisque même si Babcock ne veut pas vivre ça, Detroit n’est pas reconnu comme une équipe qui laisse aller ses dirigeants facilement. De plus, les Leafs n’ont pas encore pris de décision dans le cas de leur entraîneur-chef, Randy Carlyle.

Tout de même, si le scénario de Babcock à Toronto en octobre 2014 semblait ridicule il y a quelques semaines, c’est de plus en plus probable et ce ne serait pas une bonne nouvelle pour ceux qui aiment détester les Leafs.


Les Panthers magasinent le 1er choix du prochain repêchage

Dale Tallon

Le repêchage qui s’en vient n’est pas le meilleur des dernières années. Il y a quelques bons espoirs comme Sam Reinhart, Sam Bennett et Aaron Ekblad, mais il n’y a pas de Nathan MacKinnon ou de Seth Jones nulle part cette année.

Cela fait en sorte que les Panthers de la Floride, qui ont gagné la loterie du repêchage, sont présentement en train de magasiner le premier choix au total. Ils ne se cachent même pas alors que ce matin, Dale Tallon a avoué à une station de radio de Toronto qu’il testait présentement le marché pour ce choix.

Toutefois, Tallon ne veut pas nécessairement des joueurs en retour de son choix. Il a précisé que le repêchage était bien meilleur qu’il pensait et ça nous indique qu’il accepterait quelques choix en retour de la première sélection. Bien évidemment, si jamais la transaction se faisait, il y aura probablement un choix de 1ère ronde pour l’an prochain d’impliqué puisque cet encan risque d’être un des meilleurs depuis longtemps. Maintenant, il reste seulement à savoir si des équipes vont être tentés de faire cette échange.