Suivez 25stanley sur Facebook!

Les Sabres sont amers parce qu’ils croyaient avoir un accord de principe avec Babcock

Tim Murray

Les Sabres sont probablement les plus gros perdants de la course pour Mike Babcock. Ils croyaient être l’équipe que le coach allait choisir s’il préférait l’argent à la victoire et il a finalement pris cette option à Toronto. Les Wings seront déçus eux aussi, mais avec Jeff Blashill en attente, c’est plus facile d’accepter le départ de Babcock.

Buffalo a été la dernière équipe à apprendre qu’ils n’avaient pas obtenu Babcock à 11h35 mercredi matin et en milieu d’après-midi, la déception a laissé place à l’amertume. Sous le couvert de l’anonymat, la direction de l’équipe a fait savoir à quelques journalistes qu’ils étaient frustrés à cause du comportement du coach vers la fin du processus.

Lundi, la direction croyait qu’ils avaient une entente de principe avec Babcock pour un contrat semblable à celui qu’il a signé avec les Leafs. Ils avaient même commencé à préparer la conférence de presse pour faire l’annonce. Finalement, cette confiance n’était pas justifiée et c’est ce qui explique l’amertume à Buffalo présentement.

Ce n’est pas la première fois que la direction des Sabres montre trop d’émotions pendant cette saison morte. Après la loterie, Tim Murray en avait surpris plusieurs en montrant ouvertement sa déception devant le 2e choix. Il avait corrigé le tir quelques jours plus tard, mais ses commentaires étaient vraiment douteux.

Maintenant, les Sabres doivent trouver leur nouveau coach. Luke Richardson est le favori, mais ils pourraient également faire appel à Dan Bylsma ou Paul MacLean. Murray pourrait aussi attendre de voir ce qui se passe avec Claude Julien et/ou Guy Boucher avant de prendre sa décision.


Don Sweeney n’a pas donné un gros vote de confiance à Claude Julien

Sweeney Jacobs Neely

Pendant que toute la planète hockey suivait ce qui se passait avec Mike Babcock, les Bruins ont présenté leur nouveau DG, Don Sweeney, aux journalistes. Il ne s’est pas dit trop de choses intéressantes pendant cette séance de questions, mais Sweeney a quand même attiré l’attention cause d’une réponse plutôt vague lorsqu’on lui a parlé du coach.

Sweeney a dit aux représentants des médias que Claude Julien était certainement le coach des Bruins… aujourd’hui. Il a ajouté qu’il avait parlé avec le coach mercredi matin, mais qu’ils devaient encore parler de philosophie future. Il n’a pas voulu plus se commettre par rapport au futur de l’entraîneur.

Julien est à Boston depuis 8 ans et il a gagné une Coupe en 2 présences à la finale. Il a conservé une fiche de 351-192-79 en saison régulière depuis son arrivée avec les Bruins et il a signé une prolongation de contrat cette année.

Malgré ça, le fait qu’il ait manqué les séries a mis son poste en péril et il pourrait très bien subir le même sort que Dan Bylsma l’an passé en étant renvoyé après que toutes les autres équipes aient trouvé leur nouvel entraîneur.


Guy Boucher, adjoint de Mike Babcock ou plan B de Toronto?

Guy Boucher

Guy Boucher rencontre la direction des Maple Leafs de Toronto aujourd’hui, selon ce que rapporte Elliotte Friedman. C’est le deuxième entretien entre les deux partis après celle qui avait eu lieu au Championnat mondial de hockey en République tchèque. Par contre, il avait discuté avec l’état-major des Leafs à propos du poste d’entraîneur-chef à ce moment-là.

Maintenant, Boucher pourrait rester en contact avec les Leafs pour un poste d’assistant. Babcock serait sûrement d’accord puisqu’il lui en avait parlé avec les Red Wings l’an passé, mais il faudra voir si Boucher voudra occuper ce poste alors qu’il y a de l’intérêt pour lui ailleurs dans la LNH.

Par ailleurs, les Maple Leafs veulent les meilleurs entraîneurs pour profiter d’un avantage; avoir un choix de 3e ronde quand ils signent ailleurs. Ils en ont payé un pour Babcock et ils veulent maintenant profiter du système. Ce n’est donc pas surprenant que les Leafs soient à la recherche de plusieurs hommes de qualité actuellement.


Les Maple Leafs veulent profiter du système de compensation des entraîneurs

Dubas

Le club-école des Leafs a fait le ménage derrière le banc mardi matin. L’assistant-DG des Leafs, Kyle Dubas, est celui qui est en charge des Marlies et il en a parlé aux journalistes en après-midi. Pendant cette rencontre, il a révélé que l’équipe voulait changer de philosophie et amener un jeune entraîneur élite derrière le banc des Marlies.

Dubas a continué en disant que l’équipe voulait profiter du nouveau système de compensation des coachs. Pour ce faire, ils vont développer des jeunes entraîneurs que les autres équipes vont éventuellement vouloir engager malgré le choix de 2e ou de 3e ronde que ça coûtera.

En engageant les meilleurs espoirs derrière le banc, les Leafs pourraient se servir de leur capacité financière inégalée et de leur marché médiatique intense qui a fait des miracles pour la réputation de Dallas Eakins afin de remplir leur banque d’espoirs à long terme. Ça reste les Leafs, donc il faut voir s’ils réussiront finalement à être compétents, mais ce n’est pas une mauvaise idée.

Pour l’instant, le choix logique pour les Marlies semble être Sheldon Keefe, qui a coaché pour Dubas dans la OHL. Keefe n’a que 34 ans et il est vu comme un des meilleurs espoirs derrière le banc. Il lui reste encore pas mal de chemin à faire avant d’être prêt pour la LNH, mais si les Leafs peuvent le développer comme du monde, c’est le genre de gars qui peut leur permettre d’obtenir un choix au repêchage supplémentaire.


Les Sabres offriraient environ 1,75 M$ de plus par année à Babcock que les Red Wings

Babcock Holland

Mike Babcock devrait annoncer sa prochaine destination demain. Alors qu’on approche de la date limite, cette course semble être principalement entre les Sabres de Buffalo et les Red Wings de Detroit. Les deux équipes comptent sur des bonnes banques d’espoirs et le coach a déjà travaillé avec les deux DG, ce qui est important pour lui.

Les Wings semblaient avoir l’avantage par rapport aux Sabres puisqu’ils sont meilleurs présentement et que la famille du coach y est déjà installée. Par contre, le problème à Detroit semble être financier. À la fin de ce processus, Babcock voulait être l’entraîneur le mieux payé tout en montant la barre salariale pour les autres coachs, qui sont sous-payés par rapport aux autres sports majeurs.

La direction de Detroit voulait faire de lui le coach le mieux payé, mais elle n’était pas prête à le payer 5 millions, ce qui était le prix suggéré. L’offre des Wings serait d’une durée de 4 ans et elle comprendrait un salaire annuel de 3,25 M$.

Si l’on se fie au Buffalo News, les Sabres ont l’avantage à ce niveau puisqu’ils ont fait une offre qui paierait Babcock autour de 5 millions par année. On savait que Terry Pegula avait les poches bien remplies et cette offre le prouve. La différence entre ces deux offres (1,75 M$) est pratiquement l’équivalent du salaire de Babcock cette saison (2 M$).

La reconstruction de Buffalo est encore un gros obstacle pour obtenir le coach, mais si Babcock a vraiment aimé ce qu’il a vu de Jack Eichel pendant qu’il était au championnat mondial pour voir Dylan Larkin, ce salaire de 5 millions pourrait être vraiment attirant.


Benoit Groulx pourrait remplacer André Tourigny au Colorado

Le remaniement derrière le banc de l’Avalanche qui a été rendu public lundi soir risque de se faire sentir chez les coachs québécois. Les départs d’André Tourigny et de Mario Duhamel offrent de nouvelles opportunités pour d’autres coachs alors que ces derniers devraient occuper des postes dans la LNH, AHL ou LHJMQ l’an prochain.

Le candidat le plus logique pour remplacer Tourigny au Colorado est Benoit Groulx. Le coach des Olympiques a gagné beaucoup de respect lors du dernier championnat mondial junior et il semble avoir coaché son dernier match à Gatineau.

Groulx espère devenir entraîneur-chef dans la LNH et un poste d’assistant dans la ligue devrait le rapprocher de ce but. En plus, Roy a déjà fait une offre du genre à Groulx plus tôt dans sa carrière, donc on imagine qu’il y a encore de l’intérêt à ce niveau.

Le coach pourrait aussi retourner dans la AHL, là où il a été entraîneur-chef pendant 2 saisons. Il aurait présentement une offre sur la table pour un retour à ce niveau. Il a donc plusieurs options devant lui.

Pour ce qui est de Tourigny, il voudrait obtenir un poste d’assistant dans la LNH ou d’entraîneur-chef dans la AHL. Cela fait en sorte que la rumeur de Renaud Lavoie qui l’envoie à Gatineau est plus difficile à croire. C’est encore pire lorsqu’on considère que Tourigny est encore actionnaire dans une autre équipe de la LHJMQ.

La destination la plus logique pour Tourigny serait Ottawa où Dave Cameron doit engager quelqu’un à la suite du décès de Mark Reeds. Cameron aurait déjà pensé à Tourigny comme assistant et ils ont travaillé ensemble pendant les mondiaux juniors de 2010, donc le lien est assez facile à faire. Ça devrait toutefois attendre au 1er juillet, date à laquelle le départ de Tourigny sera officialisé au Colorado.


Les Oilers devraient officialiser l’embauche de Todd McLellan cette semaine

À cause du championnat mondial de la IIHF, le processus d’embauche de Todd McLellan prend plus de temps que prévu. On sait depuis un bon moment que les Oilers sont les grands favoris pour le signer, mais il n’y a toujours eu pas eu d’annonce officielle de la part de la future équipe de Connor McDavid.

Selon Sportsnet, la conférence de presse pour confirmer le tout devrait avoir lieu cette semaine. On pourrait même avoir la confirmation dès mardi pour devancer le cycle médiatique qui sera dominé par Babcock mercredi. C’est Elliotte Friedman, qui était en avance sur tout le monde dans ce dossier, qui a obtenu cette information.

C’est tout un changement pour McLellan, qui était à la barre des Sharks pendant 7 saisons et qui a fait les séries à chaque année à l’exception de la dernière. Entre ces deux emplois, il a aidé le Canada à gagner la médaille d’or au championnat mondial de la IIHF en République tchèque. Il a notamment eu la chance de coacher 2 de ses futurs joueurs, Jordan Eberle et Taylor Hall, pendant cette compétition.


Les Red Wings et les Sabres seraient les favoris pour signer Mike Babcock

Avec la date limite de mercredi qui approche, le dossier de Mike Babcock s’est activé au cours des derniers jours. En plus des Red Wings, Maple Leafs et Sabres, on retrouve maintenant les Blues et les Sharks dans cette course. Par contre, selon Pierre Lebrun, les équipes qui font partie du décor depuis plus longtemps sont mieux placées pour obtenir Babcock.

Plus précisément, Lebrun a identifié les Red Wings et les Sabres comme favoris dans cette course. Dans les deux cas, Babcock a une bonne connexion avec le DG (il a côtoyé Tim Murray à Anaheim). Les banques d’espoirs des deux formations sont aussi bien remplies.

D’ailleurs, Babcock est allé à Prague pour épier Dylan Larkin, un des meilleurs espoirs des Wings. Ça pourrait encore changer puisqu’il doit parler avec les Sharks alors qu’il a parlé avec les Blues pendant le championnat mondial.

Cet intérêt si public de St-Louis les place dans une situation particulière parce qu’ils ont encore Ken Hitchcock en place. Cette poursuite de Babcock diminue certainement le pouvoir du coach dans la chambre puisque les joueurs savent que la direction est prête à changer de direction.

Le timing est curieux puisqu’ils sont à la fin de leur fenêtre d’opportunité et qu’ils ne peuvent pas nécessairement se permettre de gaspiller une saison en laissant les joueurs forcer le départ du coach. C’est encore plus bizarre lorsqu’on voit que leurs chances d’obtenir semblent très faibles. Il faudra voir ce que les Blues feront avec ça cet été ainsi qu’en début de saison.


George McPhee dans la course pour le poste de DG des Bruins?

George McPhee

George McPhee, ancien DG des Capitals de Washington, a été interviewé par la direction des Bruins de Boston, selon Elliotte Friedman, pour tenter de combler le poste laissé vacant par le congédiement de Peter Chiarelli.

McPhee semble être un individu considéré par les Bruins, mais d’après les informations de Joe Haggerty, les Bruins seraient davantage intéressés à leur directeur général adjoint, Don Sweeney, ainsi qu’au directeur général adjoint des Rangers de New York, Jeff Gorton.

D’ailleurs, George McPhee serait parmi les candidats favoris pour devenir le prochain DG des Maple Leafs de Toronto et ce serait le scénario inverse pour lui à Boston; il ne serait pas en tête de lice.


Kerby Rychel, une cible possible pour le Canadien?

Elliotte Friedman a publié une rumeur assez intéressante samedi après-midi. Selon l’informateur de Rogers, les Blue Jackets de Columbus magasineraient présentement Kerby Rychel, un ailier gauche de 20 ans qui a passé la majorité de la saison dans la AHL, mais qui a amassé 3 passes en 5 matchs dans la LNH cette année.

Après la publication de cette information, Marc-Antoine Godin a rappelé que Trevor Timmins adorait cet espoir et qu’il l’avait évalué de près même s’il n’allait pas être disponible lors du rang de sélection du Tricolore en 2013. C’est donc un joueur qui intéresserait le Tricolore et c’est bon de noter que le père de Kerby, Warren, a côtoyé Marc Bergevin dans l’organisation des Hawks en 1987-88. Ça veut dire que le DG du Canadien connait bien la famille, ce qui aide son évaluation.

Rychel est disponible puisque les Jackets comptent sur plusieurs bons jeunes attaquants et qu’ils ont besoin d’aide en défense. Selon Aaron Portzline, un journaliste solide sur le beat des Jackets, l’équipe aimerait obtenir un défenseur de top 4 en retour.

Le premier nom qui nous vient en tête est celui d’Alexei Emelin. Les Jackets ont de la place pour accueillir son 4,1 M$ alors que le Canadien a besoin de faire de la place sous sa masse salariale pour Jeff Petry. En plus, Emelin est un gars très robuste et c’est exactement ce que Columbus recherche.

Malheureusement pour le Canadien, Emelin a une clause de non-échange, ce qui pourrait compliquer les choses. Les Jackets sont une équipe très européenne, donc ça pourrait aider, mais il faudrait probablement que Bergevin sorte un autre lapin de son chapeau pour compléter cette transaction. Sinon, il y a toujours Tom Gilbert, mais sa valeur a quelque peu diminué cette saison, et Tinordi est probablement trop jeune pour être échangé.

Pour revenir à Rychel, ce n’est pas le joueur le plus rapide, mais c’est un attaquant de puissance qui est capable de marquer et de s’imposer sur la glace. C’est le genre de gars que Michel Therrien aime puisqu’il joue gros pour ses 6 pieds 1 pouce. La foule de Montréal l’adorerait aussi si Bergevin peut lui mettre la main dessus.