Suivez 25stanley sur Facebook!

Les Penguins et les Flyers veulent accueillir la Classique Hivernale au Beaver Stadium en 2017

Les activités entourant la saison 2016-17 seront extrêmement en demande puisque la ligue fêtera son 100e anniversaire en 2017. La Classique Hivernale devrait lancer ces festivités et il y a plusieurs organisations qui sont dans la course pour l’accueillir. Parmi celles-ci, on retrouve les Flyers et les Penguins qui devraient faire une présentation conjointe pour accueillir le match au Beaver Stadium, le stade de football de l’Université Penn State.

Ce stade est le deuxième plus gros aux États-Unis derrière celui de l’Université du Michigan, qui a accueilli la Classique Hivernale entre les Red Wings et les Maple Leafs en 2014.

Il est également situé à mi-chemin entre Pittsburgh et Philadelphie. Les fans des Penguins ne devraient voyager que pendant 2h30 pour s’y rendre alors que Google Maps estime la durée du trajet à partir de Philadelphie à 3h15.

Selon ce que le président des Flyers a dit aux détenteurs des billets de saison jeudi dernier, les deux organisations utiliseront l’angle du 50e anniversaire des équipes d’expansion pour leur pitch de vente à la LNH. Comme les deux équipes ont fait leur arrivée dans la ligue à ce moment-là, ce serait un angle logique au niveau du marketing.

Puisqu’on parle de deux équipes influentes dans la LNH qui s’associent pour tenir un match qui souligne deux anniversaires dans un des plus gros stades des États-Unis, ce sera difficile pour une autre organisation de bâtir une meilleure proposition pour accueillir cette rencontre.

Via CBSsports


Pierre Houde a entendu dire que Las Vegas et Québec allaient avoir une équipe de la NHL

  

Le commentateur des matchs des Canadiens Pierre Houde a raconté des choses intrigantes sur les ondes de CHOM 97.7FM. À l’écouter parler, tout indique que Las Vegas va avoir son équipe de la NHL très bientôt. L’annonce officielle pourrait se faire avant les séries éliminatoires ou avant la finale de la Coupe Stanley. Le même scénario se produirait l’an prochain avec les Nordiques de Québec. Des équipes à Las Vegas et Quebec serait chose faite. 

*Via DLC 


Les Sabres, les Flyers et les Leafs seraient les favoris pour signer Babcock s’il quitte Detroit

babcock

Bob McKenzie a mis à jour le dossier de Mike Babcock sur les ondes de NBC Sports mercredi soir. Selon McKenzie, les 3 équipes qui auraient le plus de chances de signer Babcock s’il décidait de quitter Detroit seraient les Flyers, les Leafs et les Sabres.

Toronto et Philadelphie vont avoir en masse d’argent à lui donner et ils auront fort probablement besoin d’un entraîneur, donc ils sont des candidats assez logiques. La présence des Sabres est toutefois pas mal plus surprenante puisqu’ils ont une longue reconstruction qui les attend. McKenzie n’est même pas le seul à avoir parlé des Sabres dans cette course.

Darren Dreger en avait parlé un peu plus tôt dans la journée. Dreger a mentionné que ce serait possible si l’équipe gagnait la loterie du repêchage pour repêcher McDavid. L’attrait de coacher le futur meilleur joueur de la LNH pourrait être intriguant pour Babcock.

En plus, Terry Pegula n’aura pas peur de sortir le carnet de chèques, ce qui veut dire que l’entraîneur des Wings pourrait y obtenir le salaire qu’il demande. Il y a également le fait que Ted Nolan est pratiquement déjà renvoyé. On pensait que l’équipe allait engager Luke Richardson, mais s’ils ont la chance d’obtenir Babcock, ils changeront sûrement leurs plans.

Ceci étant dit, pour que cette course survienne, il faudrait que les Red Wings laissent aller leur entraîneur. Le propriétaire de l’équipe ne connait pas de problèmes financiers, donc le salaire ne devrait pas être un trop gros problème.

Avant la saison, Babcock a dit que son évaluation des Wings allait être importante dans sa décision. Detroit est présentement en 3e place de la division Atlantique et ils risquent de terminer la saison à cette position. On ne sait pas si c’est suffisant pour l’entraîneur, mais la performance des Wings en séries pourrait certainement influencer sa décision. Connaissant son importance derrière le banc, les Wings pourraient carrément jouer leur futur pendant les prochaines séries.


Sean Burke va probablement quitter les Coyotes cet été

Au cours des dernières années, Sean Burke a fait un travail exceptionnel avec les gardiens des Coyotes de l’Arizona. Il coach cette position depuis 2009 et on retrouve Bryzgalov, Smith et Dubnyk parmi les gars qui doivent le remercier après qu’il ait relancé leur carrière.

En plus de sa position d’entraîneur, Burke occupe un poste d’exécutif chez les Coyotes. Il a commencé comme directeur du développement des joueurs en 2007 et il est devenu l’assistant-DG de l’organisation en 2012. Son contrat vient à échéance à la fin de la saison et on dirait bien que ce sera sa dernière dans le désert.

Le DG Don Maloney lui a donné la permission de parler à d’autres équipes à propos de son futur. Burke a déjà parlé à 7 ou 8 organisations, mais il n’a pas encore passé d’entrevue puisqu’il veut attendre que la saison se termine. Il serait à la recherche d’un poste d’exécutif parce que son but est éventuellement de devenir DG. Ces équipes ne le veulent donc pas pour son parcours en tant que coach des gardiens.

Il faut dire que la feuille de route de Burke en tant qu’exécutif, n’est pas mal non plus. Cet hiver, il a travaillé avec Équipe Canada au CMJ en plus d’être impliqué dans les programmes de développement de Hockey Canada. D’ailleurs, il était dans la course pour le poste de président de HC avant que Tom Renney obtienne le poste.

Via Fox Sports Arizona


Ilya Kovalchuk pourrait tenter de revenir dans la LNH en 2016-17

Selon un site web finlandais, Ilya Kovalchuk aurait parlé de la possibilité de retourner dans la LNH en 2016-17 avec les dirigeants du SKA St. Petersbourg, l’équipe qui le paiera 15 millions d’euros la saison prochaine. S’il tentait un retour à ce moment-là, il lui resterait une dernière année à son contrat avec le SKA.

Cependant, ce n’est pas la première fois que l’on entend parler de cette possibilité. En 2013, sa sœur avait laissé la porte ouverte par rapport à un possible retour de Kovalchuk dans la LNH. La situation économique douteuse de la Russie serait une des raisons principales pour ce retour.

Ce retour serait toutefois assez compliqué à organiser. Comme il a moins de 35 ans et qu’il a signé des papiers de retraite, il aurait besoin de l’accord des 30 formations de la LNH pour devenir agent libre et être éligible à un retour avec les Devils. Ce n’est pas impossible que Gary Bettman l’aide en forçant ces équipes à donner leur accord, mais si le joueur russe de 31 ans n’a pas le support du commissaire dans cette aventure, ce sera très difficile.

Son autre option serait de ne pas jouer au hockey pendant un an et d’obtenir l’accord des Devils pour revenir dans la ligue comme agent libre à la suite de cette année sabbatique. Les chances que ce scénario survienne sont plus que faibles. Sinon, il peut toujours attendre à 35 ans, en 2018-19, pour effectuer un retour dans la LNH sans avoir à demander à personne.

Si jamais ce retour était concrétisé, ce serait une excellente nouvelle pour la ligue. Il a vieilli, mais l’ancien joueur des Devils est encore spectaculaire et efficace. Il a plus d’un point par match dans la KHL (137 points en 135 rencontres) et son tir pourrait encore surprendre plusieurs gardiens de la LNH.

Via Puck Daddy


Andrew Hammond pourrait être agent libre le 1er juillet

Hammond

Mardi soir, Andrew Hammond a égalé un record vieux de 76 ans en commençant sa carrière avec 12 départs dans lesquels il a accordé 2 buts ou moins. Le conte de fées du gardien de 27 ans ne semble pas vouloir s’arrêter alors que les Sens distribueront 10 000 masques du Hamburglar lors de leur prochain match local.

Pour ne pas nuire à cette séquence, les Sénateurs et son agent n’ont pas encore parlé de contrat. Par contre, lorsque cette négociation surviendra, elle sera fascinante. Hammond est agent libre sans restriction à la fin de la saison et il vient de ramener les Sénateurs dans la course aux séries.

Ceci étant dit, tous ses chiffres précédant son arrivée dans la LNH nous disent que cette séquence de rêve se terminera à un moment ou à un autre et qu’il ne devrait même plus être dans la ligue dans un an ou deux. C’est donc un risque à prendre, particulièrement pour les Sens qui ont déjà deux gardiens de la LNH signés à long terme (Anderson et Lehner).

Si jamais ils ne sont pas prêts à offrir trop d’argent à Hammond, il pourrait tenter sa chance sur le marché des agents libres. Comme le note Pierre Lebrun, c’est Tim Murray, maintenant DG des Sabres, qui avait poussé pour la signature du Hamburglar par les Sénateurs. Comme son équipe n’a pas besoin de gagner l’an prochain, le DG des Sabres serait certainement prêt à prendre un risque sur un gardien qu’il aimait bien lorsqu’il était à Ottawa.

Les performances de Hammond et Dubnyk cette année nous rappellent qu’à moins que ton gardien s’appelle Price, Rinne, Rask, Lundqvist ou Schneider, c’est très difficile de prédire comment il performera. Si les Sens ne sont pas convaincus par Hammond, c’est clair qu’il y au moins une équipe qui voudra prendre une chance sur le gardien.

Étant donné les chiffres incroyables du gardien des Sénateurs dans un échantillon minuscule, le montant et la durée de son prochain contrat sont pratiquement impossibles à prédire et c’est pourquoi cette négociation pourrait être la plus fascinante avant le 1er juillet.


Le DG des Sabres a déjà pensé à la possibilité d’échanger Eichel pour McDavid

Tim Murray

Contrairement à la croyance populaire, les Sabres de Buffalo ont 4 fois plus de chances d’obtenir le 2e choix du prochain repêchage (Jack Eichel) que le premier (Connor McDavid) s’ils finissent au dernier rang du classement. La direction de l’équipe connait ces probabilités et lorsque questionné par Craig Custance d’ESPN, le DG des Sabres, Tim Murray, a admis qu’il allait proposer un d’échange à l’équipe qui devancera les Sabres grâce à la loterie si ça arrivait.

Il a continué en disant que si son collègue était offusqué par l’offre, il allait seulement lui dire qu’il s’agissait d’une blague et qu’il était content avec Eichel de toute façon.

Cette deuxième partie est importante puisqu’il sait que les chances qu’une transaction du genre survienne sont très faibles. Toutefois, la possibilité que cet échange soit discuté est fascinante. La dernière fois qu’une transaction de la sorte a été complétée, les Nordiques étaient impliqués alors qu’ils avaient envoyé Eric Lindros à Philadelphie en retour de 6 joueurs, 2 choix de première ronde et 15 M$.

Une transaction envoyant McDavid à Buffalo est pratiquement impossible à réaliser à cause du risque incroyable que l’autre équipe prendrait. Dans une LNH extrêmement riscophobe, c’est difficile d’imaginer ce scénario. Ceci étant dit, en pouvant donner Eichel à l’autre équipe, Murray réduit un peu ce risque.

Il sait que pour obtenir le premier choix, il aurait besoin de piger dans sa banque d’espoirs et de choix bien remplie. Bien évidemment, il n’a pas nommé de noms spécifiquement, mais on peut imaginer que ça impliquerait Eichel, deux autres choix de première ronde et d’autres espoirs de premier plan comme Ristolainen, Zadorov, Grigorenko, Reinhart, Compher et McCabe.

On dirait qu’il est prêt à le faire, ce qui veut dire que la balle sera dans le camp du DG qui gagnera le premier choix au total à la loterie. Par contre, avec toutes les implications marketing autour de Connor McDavid et le risque impliqué, Murray aura besoin d’un miracle pour réussir cette transaction, qui serait probablement la plus importante de la décennie. Ça ne coûte quand même rien d’essayer et c’est ce qu’il va faire s’il perd cette loterie.


Le Wild du Minnesota sera à surveiller dans la course pour Mike Reilly

Plus tôt aujourd’hui, on a parlé de Mike Reilly, un choix de 4e ronde des Blue Jackets de Columbus en 2011 qui pourrait devenir agent libre sans restriction cet été. Le défenseur est le meilleur pointeur des Gophers de l’Université du Minnesota et son talent offensif risque d’attirer l’attention de plusieurs équipes si jamais il devenait agent libre.

Selon Elliotte Friedman, qui en a parlé lors d’une intervention dans une station de radio de Calgary, les chances qu’il signe un contrat avec les Jackets ne sont pas excellentes. L’animateur qui parlait à Friedman lui a demandé si le Wild devait être l’équipe favorite pour le signer puisqu’il est natif de l’état.

Friedman a répondu en disant que le père de Reilly était un actionnaire minoritaire du Wild. Il a ajouté qu’il ne savait pas ce que ça voulait dire pour cette course, mais que ça ne peut pas vouloir rien dire.

Le Wild a déjà plusieurs bons jeunes défenseurs, mais comme Reilly vient de là et que son père a investi dans l’organisation, ce n’est pas fou de penser qu’un contrat au Minnesota serait la situation idéale pour le joueur de 21 ans. Maintenant, il faudra voir si une autre équipe parviendra à le convaincre de ne pas se joindre à l’organisation locale.

Via Chris Nichols


Mike Reilly pourrait être le prochain Justin Schultz

Présentement, l’agent libre de la NCAA le plus en demande est le gardien de 23 ans de Boston University, Matt O’Connor. Parmi les équipes intéressées, on retrouve notamment le Wild, les Oilers et les Sharks selon Elliotte Friedman. À cause des règles de la NCAA, on ne connaîtra pas son futur avant la fin de sa saison et d’ici là, il pourrait ne plus être la signature la plus importante de la NCAA.

Ce titre pourrait plutôt appartenir à Mike Reilly, un défenseur de 21 ans qui a été un choix de 4e ronde des Blue Jackets en 2011 et qui est présentement le meilleur pointeur de l’Université du Minnesota avec 38 points en 34 matchs.

Selon Aaron Portzline, à la fin de saison, Reilly annoncera son départ de la NCAA pour se joindre à la LNH. Les Blue Jackets auront 30 jours après cette annonce, ou jusqu’au 1er juin, pour lui faire signer un contrat. S’ils ne sont pas en mesure de le signer, il deviendra agent libre sans restriction.

Portzline a parlé à un expert du repêchage qui lui a dit que Reilly serait un choix dans le top 15 du prochain encan amateur, même si c’est un des plus profonds des dernières années. Il attirerait donc beaucoup d’attention s’il choisissait de devenir agent libre. Toutefois, comme il serait un joueur recrue, il ne pourrait pas obtenir plus que le salaire maximum pour un joueur de première année. Ce serait une course similaire à ce qu’on a vu avec Justin Schultz il y a quelques saisons.

Un des avantages des Jackets dans cette course est le fait que si sa saison dans la NCAA se termine avant celle de Columbus dans la LNH, il pourrait immédiatement faire le saut dans le circuit Bettman. S’il choisit d’aller ailleurs, il devra au moins attendre à la saison prochaine.

Malgré cela, Portzline écrit que les dirigeants de l’équipe ne savent pas quoi penser par rapport à leurs chances de signer leur espoir. C’est donc impossible, pour le moment, de savoir si l’on aura une autre situation à la Justin Schultz ou si les Jackets compteront sur un autre jeune défenseur de grand talent.


Dale Tallon pourrait compléter un échange à cause des blessures de Montoya et Luongo

Dale Tallon

CORRECTION : McKenzie n’avait pas raison. Les Panthers ne peuvent pas faire de transaction après la date limite. Ils devraient donc se tourner vers le marché des agents libres, qui est bien évidemment assez mince. On leur souhaite que Luongo ne soit pas trop blessé sérieusement.

La course aux séries des Panthers a pris tout un virage mardi soir alors que Roberto Luongo et Al Montoya se sont blessés. Les deux cerbères ont joué une partie du match malgré leurs blessures, mais ils pourraient quand même manquer une bonne période de temps. Al Montoya devra manquer plusieurs semaines et Roberto Luongo attend encore son diagnostic pour ce qui semble être une blessure à l’épaule.

En attendant, l’équipe a rappelé Dan Ellis, qui devrait obtenir le prochain départ, et Sam Brittain, qui jouait dans la ECHL cette saison. La situation est donc critique devant le filet et ça pourrait forcer Dale Tallon à bouger.

Selon Bob McKenzie, le DG pourrait tenter de faire l’acquisition d’un gardien si Luongo devait manquer plusieurs semaines. Une transaction est encore possible après la date limite, mais le joueur obtenu ne sera pas éligible pour participer aux séries. Les Panthers devraient donc donner des choix au repêchage en retour ou viser une équipe qui manquera les séries pour acquérir un gardien qui tiendra le fort en attendant le retour de Luongo.

Ce serait un scénario vraiment unique, mais les Panthers ne sont qu’à deux points des séries et Dale Tallon sait que son emploi est en danger si l’équipe doit se tourner vers Dan Ellis et qu’il les laisse tomber. Ça va être un dossier assez intéressant à suivre.