Suivez 25stanley sur Facebook!

Johnny Oduya attend que les Blackhawks fassent de la place pour lui

Johnny Oduya

Contrairement à ce qu’on a vu au cours des dernières années, le marché des agents libres commence à s’étirer. Des gars comme Cody Franson, Johnny Oduya et Joel Ward, qui étaient parmi les meilleures options lors de l’ouverture du marché, n’ont toujours pas trouvé d’équipe 48 heures plus tard.

Dans le cas d’Oduya, ce ne serait toutefois pas parce qu’il n’y a pas d’intérêt. Selon Chris Kuc du Chicago Tribune, le défenseur suédois de 33 ans attend que les Hawks fassent de la place sous le plafond salarial pour qu’il puisse y retourner. Par contre, selon Kuc, Oduya pourrait commencer à manquer de patience.

Les Hawks sont présentement 1,35 M$ au-dessus du plafond salarial et ils doivent encore signer Marcus Kruger et deux autres défenseurs. Ils devront donc échanger un gros contrat à l’attaque pour se conformer aux règles de la ligue, mais s’ils veulent encore Oduya, ils pourraient être forcés d’échanger Sharp et Bickell.

Ceci étant dit, le retour d’Oduya voudrait dire que les Hawks pourraient compter sur le top 4 que Joel Quenneville sur-utilisait pendant les séries éliminatoires pour une autre saison. Du côté d’Oduya, on peut le comprendre de vouloir rester avec l’équipe qui lui a permis de gagner 2 Coupes Stanley, mais il pourrait probablement obtenir un contrat plus faramineux ailleurs dans la LNH. Parmi les équipes qui pourraient lui faire une belle offre, on retrouve les Stars, les Panthers, les Blue Jackets, les Blues et les Islanders.


Les Coyotes déménageraient à Las Vegas pour la saison 2016-2017, selon le New York Post

Coyotes Arizona

Selon le New York Post, William Foley achèterait les Coyotes de l’Arizona pour ainsi déménager l’équipe à Las Vegas pour la saison 2016-2017.

Le NY Post a tenté de rejoindre M. Foley, mais ce dernier n’a pas retourné les appels effectués à son endroit.

Également, le NY Post a mentionné que la LNH souhaiterait créer des franchises et les placer à Seattle et Toronto pour le début de la campagne 2017-2018.

Évidemment, la Ligue nationale de hockey a démenti les informations obtenues par le New York Post. D’ailleurs, le commissaire Gary Bettman n’a pas pesé ses mots.

« Ce que le Post dit est complètement faux. Il fait circuler quand même. Ce truc est un déchet! L’équipe restera en place. »

Il n’y a pas seulement la LNH qui a qualifié l’article du médias new-yorkais comme étant 100 % faux. Le président des Coyotes, Anthony LeBlanc, a indiqué qu’il n’y a pas de vérité dans le texte du NY Post.

On va donc attendre d’avoir des nouvelles d’une autre source avant de prendre pour acquis que les Coyotes quitteront l’Arizona sous peu.


François Beauchemin voudrait un contrat de 3 ans – 15M$

La transaction de Kevin Bieksa a scellé le destin de François Beauchemin en Californie. Cet échange ne laisse plus de place pour le défenseur à Anaheim et lors de l’appel conférence du DG des Ducks, Bob Murray, pour parler de cet échange, on en a appris un peu plus sur les négociations entre Beauchemin et les Ducks.

Selon le DG des Ducks, Beauchemin croit qu’il sera en mesure d’obtenir un contrat de 3 ans d’une valeur de 15 millions sur le marché des joueurs autonomes. Murray a ajouté que l’équipe lui a fait des offres d’un an ou deux, mais que ce n’était pas suffisant.

Comme le défenseur a 35 ans, son prochain contrat ne pourra pas être racheté pour faire de la place sous le plafond salarial, donc on peut comprendre l’hésitation des Ducks par rapport à un contrat de plus de 2 ans. Ceci étant dit, Beauchemin sera agent libre mercredi, il risque de trouver une équipe qui l’aime assez pour lui offrir ce contrat. En plus, il a le droit de parler aux 30 équipes de la LNH depuis jeudi dernier, donc il ne sort probablement pas ces chiffres de nulle part.

Stats avancées de Beauchemin

Beauchemin HERO


L’incident de Mike Richards se serait déroulé aux douanes dans le coin du 17 juin

Au fil des heures, la situation de Mike Richards s’éclaircit. Lundi après-midi, les Kings n’ont presque rien dit lorsqu’ils ont résilié son entente, s’en tenant seulement au fait que le centre avait brisé son contrat. Puis, en début de soirée, on a appris qu’un incident hors glace impliquant Mike Richards était venu aux oreilles de la direction des Kings pendant la première ronde du repêchage vendredi soir et que c’est ce qui aurait motivé cette action.

On connaîtrait maintenant le lieu et la date de cet événement. Selon l’informateur de Rogers, Elliotte Friedman, l’événement qui pourrait coûter des millions à Mike Richards serait survenu le 17 juin ou du moins, autour de cette date. Ça a donc pris un bon moment aux Kings avant de prendre connaissance de l’incident.

Dans son texte de lundi soir, Friedman nous a également appris que l’équipe citait une clause de moralité pour mettre fin au contrat de Richards. Ce n’est pas surprenant puisque l’on parle d’un incident mystérieux hors glace.

C’est Mitch Melnick et Pierre McGuire qui nous ont indiqué le lieu de l’incident lors de l’intervention de McGuire dans l’émission de Melnick à TSN 690 lundi soir. Pendant cette intervention, Melnick a cité une personne près du dossier qui lui avait dit que l’incident serait survenu alors que Richards tentait de croiser la frontière.

Pierre McGuire a répondu en disant qu’il ne voulait pas en parler avant que ça devienne public, mais il a ajouté qu’il a une bonne idée de ce qui est arrivé. Lorsque Melnick lui a demandé de confirmer son info, McGuire lui a dit que cette information était probablement correcte.

Donc, si ces infos sont exactes (et comme elles viennent de sources crédibles, elles le sont probablement), on sait que Richards a eu un problème en tentant de croiser la frontière dans le coin du 17 juin. Maintenant, il nous reste seulement à savoir qu’est-ce qui est arrivé exactement et quelle sera l’excuse de Richards.

Ça ne devrait pas être trop long avant que cette information devienne publique puisque l’ancien capitaine des Flyers déposera probablement un grief sous peu et il devrait demander que le processus soit accéléré pour qu’il puisse apprendre son sort le plus rapidement possible.

Via Puck Daddy


Un incident hors-glace aurait aidé la décision des Kings dans le cas de Mike Richards

Le mystère continue de planer autour de la situation de Mike Richards, mais on commence à apprendre quelques détails par rapport à la décision des Kings. Selon les sources de Katie Strang, qui a suivi la situation des Kings de près cette saison, un incident hors-glace ferait partie de ce fiasco.

Selon les mêmes sources, vendredi soir, la direction des Kings a appris que cet incident avait eu lieu. C’était environ une heure après le début de la première ronde du repêchage. À ce moment-là, l’équipe était engagée dans des discussions de transaction avec les Oilers et les Flames dans le but de se défaire du contrat, mais dès qu’il a entendu la nouvelle, Dean Lombardi aurait dit à ces deux organisations qu’il devait stopper les négociations parce qu’il venait d’apprendre l’existence de cet incident. On ne sait toutefois pas quand cet incident serait survenu. Ça doit être assez majeur si Lombardi croit que ça lui donne le droit de mettre fin au contrat au lieu de payer pour le sortir des livres des Kings.

Après avoir mis fin aux négociations, les Kings ont contacté la ligue samedi pour les avertir de la résiliation de contrat qu’ils voulaient mettre en place aujourd’hui. Si la LNH a laissé les Kings utiliser cette méthode, on imagine que c’est parce qu’ils croyaient qu’ils avaient le droit de le faire.

On n’en sait pas plus pour le moment, mais l’association des joueurs devrait maintenant faire un grief. En attendant, les détails de cet incident vont se promener dans les coulisses de la LNH et ce serait très surprenant qu’une autre équipe de la ligue offre un contrat à Richards avant que ce fiasco légal soit réglé.


Les futurs propriétaires de l’équipe de Vegas ont une demande particulière pour leurs matchs locaux

LasVegasStrip-1_1

Pendant que les autres villes se battent pour obtenir une équipe d’expansion, les futurs propriétaires de l’organisation de Las Vegas pensent déjà aux arrangements qu’ils devront prendre pour prospérer dans la ville du péché. Dans son article de lundi matin, Renaud Lavoie a écrit à propos des demandes du groupe auprès du circuit Bettman.

Selon Lavoie, l’équipe aimerait notamment tenir ses matchs locaux en début de semaine pour éviter de lutter contre les gros shows qui jouent pendant la fin de semaine. C’est compréhensible puisque l’équipe de hockey voudra éviter de se battre avec ces spectacles pour les spectateurs, mais aussi pour les résidents de la ville, qui travaillent majoritairement en marge de ces shows et qui composeront le noyau de la base de partisans de l’organisation.

Ce n’est pas une demande trop surprenante et il faudra voir jusqu’à quel point la ligue pourra les accommoder malgré les longs voyages qui viennent avec la conférence de l’ouest, mais c’est certain que le circuit Bettman va tout faire pour les aider puisqu’ils veulent que cette organisation évolue dans les conditions gagnantes. Ils ont l’opportunité de dominer un marché très payant et ils vont faire tout leur possible pour atteindre cet objectif.

Pour ce qui est des paris sportifs, la LNH a reçu l’assurance des preneurs aux livres de Vegas qu’il sera impossible de parier sur les matchs locaux. Les paris sur l’équipe de Vegas seront donc seulement disponibles lorsque la formation sera sur la route et c’est ce que la ligue désirait pour éviter d’avoir une ambiance bizarre pendant les rencontres disputées au MGM Arena.


La campagne de salissage de Dougie Hamilton est commencée à Boston

Les Bruins n’ont pas seulement perdu dans leurs échanges de la fin de semaine. Ils ont également échappé la bataille des relations publiques alors que la grande majorité des fans et des représentants des médias les ont planté pour leur travail pendant leur séjour en Floride.

L’échange de Dougie Hamilton a particulièrement été critiquée puisque le retour, déjà mince, a été diminué aux yeux de plusieurs partisans lors de la sélection hâtive de Zach Senyshyn avec le choix de 1ère ronde reçu dans cette transaction. L’organisation a décidé de répliquer dans un article de Stephen Harris du Boston Herald.

Dans cet article publié dimanche matin, on pouvait lire une citation anonyme d’un adjoint à un DG d’une équipe de la LNH qui disait que le défenseur n’était pas aimé de ses coéquipiers et que c’était unanime dans la chambre. Cet adjoint a dit que c’était le cas parce que Dougie est un gars solitaire et hautain. Une autre source anonyme a dit que le camp du défenseur avait fait savoir avec quelles équipes il serait prêt à signer, ce qui a diminué le pouvoir de négociation des Bruins. Disons que ça donne beaucoup de pouvoir à un agent libre avec restriction…

Ces deux sources anonymes sont parfaites pour la direction des Bruins. La citation de l’adjoint explique pourquoi les Bruins l’ont échangé et l’autre donne la raison du faible retour. Après tout, si Hamilton n’a pas un bon comportement, ce n’est pas le gars que tu veux dans la chambre et s’il est prêt à signer avec un petit nombre de formations, tu as les mains liées pendant les négociations.

Par contre, l’information concernant le comportement du défenseur contredit ce qui s’écrivait sur Hamilton il n’y a pas si longtemps. Ça ne suit pas les infos d’Elliotte Friedman, qui est un des meilleurs informateurs de la ligue, non plus. Dans sa colonne 30 thoughts de dimanche, Friedman a écrit que les Bruins avaient fait une offre de 33 millions et d’une durée de 6 ans à Hamilton et qu’il aurait répondu avec une offre de 45 millions sur 6 saisons. Si le gars est autant détesté dans la chambre, c’est bizarre que la direction lui fasse une offre à long terme…

On peut comprendre Harris, qui a probablement des bonnes sources dans l’exécutif des Bruins et qui veut les défendre. En publiant quelques infos qu’ils laissent glisser pour justifier une transaction inexcusable, il solidifie ses relations avec ces dirigeants. Dans le marché actuel, quelques gros scoops peuvent faire énormément de bien pour une carrière, donc ça vaut la peine de prendre le point de vue contrarien pour faire plaisir aux bonnes personnes.

De toute façon, Harris est loin d’être le seul à avoir fait quelque chose du genre, particulièrement à Boston. On se rappelle des histoires qui ont suivi le départ de Seguin et c’était la même chose pour Phil Kessel et Joe Thornton. Les Bruins ne sont toutefois pas les seuls à appliquer cette stratégie de relations publiques à Boston.

Les Red Sox sont passés maîtres dans l’art avec Carl Crawford, Josh Beckett, Manny Ramirez, Nomar Garciaparra, John Lackey, Adrian Gonzalez et même le gérant, Terry Francona. Les Pats font la même chose, donc c’est une méthode d’opération répandue à Boston et les fans commencent à la comprendre.

À court terme, c’est une stratégie compréhensible, mais plus tu l’appliques, moins ça devient efficace. En plus, ça peut faire des dégâts si les joueurs s’en rendent compte et boudent l’organisation lorsque vient le temps de signer un contrat.


Auston Matthews ne pourrait pas jouer en Suisse à cause de problèmes de permis de travail

Même si le repêchage s’est terminé samedi, il n’est jamais trop tôt pour parler du prochain encan amateur. C’est encore plus vrai à cause du favori pour succéder à Connor McDavid comme premier choix au total, Auston Matthews, qui cherche encore l’équipe pour laquelle il jouera en 2015-16.

L’attaquant américain voulait quitter vers la Suisse pour continuer son développement contre des adultes après avoir dominé les jeunes de son âge. Cette option lui permettait aussi de gagner un peu d’argent pour lui et sa famille. Il avait même déjà choisi le club pour lequel il allait jouer dans cette ligue (Lions de Zurich). Il aurait notamment côtoyé Marc-André Bergeron, Ryan Shannon et deux espoirs qui ont été repêchés samedi (Jonas Siegenthaler a été un choix de 2e ronde des Capitals et Denis Malgin a été choisi par les Panthers au 102e rang). Matthews aurait également été coaché par Marc Crawford.

Toutefois, ce plan risque d’être gâché une loi suisse qui requiert que les athlètes professionnels non-européens aient au moins une année d’expérience avant d’obtenir un permis de travail. Comme Matthews a passé sa carrière dans le programme de développement américain, il n’a pas l’expérience nécessaire pour obtenir le permis qui lui donnerait le droit de jouer pour les Lions.

Les droits de Matthews dans la LCH appartiennent à l’équipe qui compte notamment sur les deux derniers choix de première ronde du Tricolore (Nikita Scherbak et Noah Juulsen), les Silvertips d’Everett. Ça pourrait donc être une option viable pour le natif de Scottsdale, en Arizona. Toutefois, ce n’est pas le seul scénario possible alors qu’il pourrait trouver une autre ligue européenne prête à l’accueillir pour une année.

Via The Score


Coin des rumeurs // Galchenyuk, Staal, Niemi, Gibson, Bieksa et les Penguins

Alex Galchenyuk

Même si le repêchage a réglé une tonne de rumeurs avec un nombre impressionnant de transactions, certains dossiers s’étirent, ce qui veut dire qu’il reste encore quelques rumeurs qui circulent dans le circuit Bettman. Pierre Lebrun a résumé ces informations dans son texte de samedi soir et il y en a plusieurs qui sont intéressantes.

Alex Galchenyuk

On commence avec le dossier qui nous intéresse le plus. Même si Marc Bergevin pense être tranquille sur le marché des agents libres, il a spécifié qu’il restait ouvert aux offres d’échange qui pourraient lui permettre d’améliorer son attaque. Il ne faut toutefois pas s’attendre à grand chose de ce côté puisqu’en disant ça, Bergevin ne fait que confirmer qu’il fera son travail. Le DG du Tricolore est habituellement un des plus actifs sur le téléphone et on semble loin de ça présentement, donc on ne retiendra pas notre souffle pour un échange.

AJOUT : Le rachat de P.A. Parenteau change la donne évidemment. On ose croire que le DG du Canadien a fait ça parce qu’il a un plan pour amener un autre attaquant à la place de Parenteau.

Pour ce qui est du dossier de Galchenyuk, Bergevin semblait confiant d’être en mesure d’en venir à une entente plutôt rapidement. Dans la même réponse, le DG a spécifié que sa situation sur le plafond salarial ne devrait pas lui empêcher de signer Galchenyuk.

Eric Staal

Après le repêchage, Lebrun a parlé à Ron Francis, le DG des Hurricanes, à propos de son capitaine, Eric Staal, dont le contrat viendra à échéance à la fin de la saison 2015-16. Francis lui a indiqué que l’attaquant de 30 ans voulait rester en Caroline et qu’ils allaient travailler pendant l’été pour le garder dans l’organisation.

Antti Niemi

Le DG des Stars, Jim Nill, a dit à Lebrun qu’il était près de conclure une entente avec le gardien qu’il a obtenu en retour d’un choix de 6e ronde samedi matin. Nill a amené Niemi pour qu’il pousse Lehtonen et pour améliorer son poste de substitut, qui a probablement coûté une place en séries aux Stars l’an passé.

John Gibson

Après l’acquisition d’Anton Khudobin, plusieurs croyaient que les Ducks allaient faire une transaction parce qu’ils comptaient maintenant sur 3 gardiens du calibre de la LNH (Andersen, Gibson et Khudobin), mais Bob Murray a tué la rumeur dans l’œuf en disant à Lebrun de faire le message ; les Ducks ne vont pas échanger Gibson.

Kevin Bieksa

Pendant un bon moment vendredi, on pensait que le défenseur des Canucks allait poursuivre sa carrière avec les Sharks. Il avait accepté de lever sa clause de non-échange et les rumeurs parlaient déjà d’un nouveau contrat pour celui qui sera agent libre en 2016. Toutefois, la transaction ne s’est jamais matérialisée parce que les Sharks n’étaient prêts qu’à céder un choix de 2e ronde en 2016 alors que les Canucks en voulaient un cette année. Les Nucks vont donc continuer à magasiner pour voir ce qu’ils peuvent obtenir de ce côté.

Penguins de Pittsburgh

Finalement, les Penguins sont encore à la recherche d’un ailier de top 6 puisqu’ils n’ont pas trouvé le bon fit pendant le repêchage. Rutherford n’a pas voulu dire à Lebrun quel joueur il visait, mais l’informateur croit qu’il attend que les prix baissent avant de compléter un échange.

Rutherford serait à l’aise de commencer la saison avec sa formation actuelle, mais selon Lebrun, si une transaction se conclut de ce côté, ce sera après l’ouverture du marché des joueurs autonomes puisqu’il y aura moins d’équipes dans les courses pour les joueurs, mais aussi moins de joueurs disponibles, ce qui mettra plus de pression sur les vendeurs et les acheteurs.


Le Canadien va être tranquille cet été selon Marc Bergevin

Bergevin

Après le repêchage samedi après-midi, Marc Bergevin avait des mauvaises nouvelles pour les partisans qui attendent toujours de l’aide pour l’attaque anémique du Tricolore via transaction ou le marché des agents libres. Le DG du Canadien a dit qu’il n’allait pas poursuivre d’agent libre le 1er juillet prochain puisqu’il avait déjà signé les gars qu’il voulait (Jeff Petry et Torrey Mitchell).

Le DG a ajouté que la formation actuelle avait terminé au 2e rang de la LNH l’an passé, donc il est assez confortable avec le groupe actuel. À moins d’un changement de dernière minute, on devrait donc voir une formation assez similaire en 2015-16.

Ça ne veut toutefois pas dire que le DG a terminé son travail. Il doit encore signer ses agents libres avec restriction (Alex Galchenyuk, Brian Flynn, Jarred Tinordi, Christian Thomas et Michael Bournival). Il n’a que 4,925 M$ de libre sous le plafond pour ajouter les contrats de Galchenyuk et d’un autre attaquant pour compléter l’alignement, mais avec ces déclarations, Bergevin semble indiquer que ce sera suffisant.

Ce faible niveau d’action n’est pas surprenant considérant les réalités de la LNH, mais c’est un peu déprimant pour les fans du Tricolore. La formation actuelle n’a clairement pas suffisamment d’attaque pour gagner la Coupe Stanley même si l’organisation arrive dans sa fenêtre d’opportunité pour remporter les grands honneurs.

Cette fenêtre d’opportunité n’a pas tendance à durer trop longtemps, donc c’est dommage de ne pas en profiter à 100% en gardant une attaque qui a terminé au 18e rang en termes de buts marqués l’an passé. Ceci étant dit, Bergevin a le don de nous surprendre à la date limite des transactions, ce qui veut dire que la formation actuelle n’est probablement pas celle qui jouera en première ronde des séries en avril prochain.

Aperçu de ce qui nous attend en octobre

Pacioretty-Plekanec-Gallagher
Galchenyuk-Desharnais-DSP
De La Rose-Eller-Parenteau
Prust-Mitchell-Weise
Flynn

Markov-Subban
Emelin-Petry
Beaulieu-Gilbert
Pateryn

Price
Tokarski

AJOUT : Le rachat de P.A. Parenteau nous rappelle qu’il ne faut pas toujours croire ce qu’un DG dit en public.