Suivez 25stanley sur Facebook!

À propos de Christophe Perreault

Chroniqueur sur 25stanley // Se spécialise dans les statistiques avancées, la LNH et le repêchage

Sidney Crosby sera le seul joueur avec une meilleure cote que Carey Price dans NHL 16

image_0.img

EA Sports a publié son top 10 des meilleurs centres pour NHL 16 mardi après-midi. C’était le dernier classement du genre et ça nous a permis de voir que les évaluateurs du jeu vidéo ont correctement placé le gardien du Canadien, Carey Price, parmi l’élite de la LNH.

On savait déjà que le cerbère allait être le meilleur gardien du jeu et ce dernier classement nous a permis de voir qu’un seul joueur sera supérieur à Price dans NHL 16. Il s’agit de Sidney Crosby (96) qui, bien évidemment, était au sommet de la liste des meilleurs centres de la ligue qui a été publiée mardi.

Price vient à égalité au 2e rang avec une cote de 94. Les autres joueurs aussi bien classés sont Jonathan Toews et Shea Weber, donc on parle d’un groupe assez élite. Par la suite, on retrouve Alex Ovechkin, Henrik Lundqvist, Jonathan Quick, Steven Stamkos, Pavel Datsyuk, Duncan Keith, Drew Doughty et Ryan Suter à 93.

C’est clair que Price sera dominant dans le prochain jeu d’EA Sports et il le mérite pleinement après la saison ridicule qu’il vient de connaître. Maintenant, on peut seulement espérer que le jeu soit aussi bon que la cote du gardien du Tricolore, ce qui était loin d’être le cas l’an passé.


Anze Kopitar et les Kings ne sont pas près d’une entente

Même si Steven Stamkos est le centre qui atteindra l’autonomie complète en 2016 qui attire le plus d’attention médiatique, il n’est pas le seul joueur d’impact qui pourrait devenir libre comme l’air le 1er juillet. On retrouve aussi le 1er centre des Kings de Los Angeles, Anze Kopitar, dans ce groupe.

Comme Stamkos, Kopitar ne semble pas près d’une entente avec son organisation actuelle. Le DG des Kings, Dean Lombardi, a confirmé au site de l’équipe que les deux partis étaient loin l’un de l’autre dans les négociations présentement. On ne devrait donc pas voir une prolongation de contrat être annoncée trop rapidement.

La situation salariale des Kings pourrait certainement expliquer cette situation. Lombardi ne sait pas encore ce qui se passera avec Mike Richards ou Slava Voynov. Ces 2 gars comptent pour près de 10 M$ sur le plafond de l’équipe (qui n’a que 4,8 M$ de libre sur sa masse), donc ça limite la marge de manœuvre des Kings.

Ça nuit spécialement au cas de Kopitar puisque c’est sa chance de passer à la caisse. Il est un des meilleurs centres de la LNH et si l’on se fie au dernier contrat de Jonathan Toews, ça pourrait lui permettre d’obtenir un salaire annuel de 10 M$.

C’est une augmentation raisonnable par rapport au 7,7 M$ qu’il gagnera cette année, mais l’augmentation de l’impact sur le plafond salarial à partir de 6,8 M$ est plus rough à avaler. C’est une entente difficile à signer pour Los Angeles puisque leur situation salariale est aussi mystérieuse que le futur du plafond salarial (qui dépend fortement d’une économie en récession).

Craig Custance, d’ESPN, a ajouté qu’il y avait une couple de millions entre les deux équipes présentement. Custance a aussi écrit que le centre ne voulait pas négocier pendant la saison, ce qui met beaucoup de pression sur le prochain mois.

Bref, ce sont à peu près les pires conditions imaginables pour les Kings, qui voudront quand même régler ce dossier le plus vite possible. Si le centre de 28 ans voit le marché se pointer le bout du nez, il voudra probablement voir ce qu’il peut y obtenir et s’il quitte l’organisation, les Kings perdront leur statut de favori pour la Coupe Stanley. S’il n’y a pas d’entente avant le début de la saison, on pourrait avoir quelque chose de similaire à Babcock l’an passé et c’est loin d’être le scénario idéal pour les Kings.

Stats de Kopitar

Kopitar


Au moins 5 équipes ont contacté les Blackhawks pour s’informer de la disponibilité de Patrick Kane

Patrick Kane

Alors que le début du camp d’entraînement approche, on ne sait toujours pas ce qui se passera avec l’enquête impliquant Patrick Kane. Il n’y a toujours pas eu d’accusations dans le dossier, mais l’enquête ne semble pas terminée et même si Kane s’en tire, ça reste un dossier très épineux pour les Hawks, qui se considèrent comme une des organisations modèles en dehors de la glace.

Selon Mark Lazerus du Chicago Sun Times, au moins 5 équipes ont appelé les Hawks pour démontrer leur intérêt envers Kane si jamais ils décidaient de l’échanger. On ne sait toutefois pas si c’est une option que la direction de Chicago considère sérieusement.

Une source de l’organisation aurait dit au Sun-Times qu’ils commençaient à manquer de patience dans le cas de Kane. Lazerus rappelle qu’en 2012, l’organisation à Chicago a dit à Kane de se tenir tranquille en dehors de la glace et qu’il en était à sa dernière chance. Même si ça fait un bout (et que Kane n’a pas été accusé ou trouvé coupable), cet incident pourrait très bien être la goutte d’eau (ou dans ce cas-ci, le tsunami) qui fait déborder le vase.

Le journaliste croit que ce serait le choix logique puisque ça sortirait un cas à problème de l’organisation en plus de faire pas mal de place sous le plafond salarial (Kane aura un impact de 10,5 M$ jusqu’en 2023). En plus, malgré ses trouble judiciaires récents, Kane est tout un joueur d’hockey et il pourrait permettre aux Hawks d’obtenir un bon retour dans une transaction.

L’intérêt de la part des DG de la LNH n’est pas surprenant dans son cas puisque c’est un joueur qui peut changer le futur d’une franchise, ce qui veut dire qu’il y aura toujours quelqu’un qui va vouloir lui donner une chance. Ceci étant dit, avant de compléter une transaction du genre, le DG devra la faire approuver par le propriétaire, qui devra considérer l’aspect marketing de cette acquisition, et ça pourrait être plus compliqué à ce niveau.

C’est sans parler des complications légales qui pourraient rendre toutes ces conservations complètement inutiles. La LNH n’a également pas encore rendu son verdict dans ce dossier, donc ça pourrait être long avant qu’on revoit Patrick Kane patiner dans un aréna du circuit Bettman.


Les voisins de Tyler Seguin trouvent que ses partys finissent trop tard

Même s’il produit plus d’un point par match depuis son arrivée à Dallas, Tyler Seguin n’est pas capable de se défaire de sa réputation qui a forcé les Bruins à l’échanger. Le joueur de 23 ans aime faire le party, particulièrement pendant la saison morte, mais certains dirigeants de la ligue trippent un peu moins sur ses habitudes de vie.

C’est le cas de l’ancien président des Maple Leafs de Toronto, Richard Peddie. Autour de 7h du matin mardi, Peddie a tweeté que les voisins de Seguin à Yorkville, dont il fait probablement partie, ne trouvent pas vraiment que le joueur étoile des Stars a changé son comportement.

Il a ajouté qu’il y avait beaucoup de partys qui se finissaient à 6h du matin et que ça créait beaucoup de déchets. Par la suite, Peddie a fait référence à la suspension de Seguin lors du dernier match de la saison régulière parce qu’il était arrivé en retard à une pratique en disant que le comportement des dernières années est la meilleure chose pour prédire ce qui va se passer dans le futur.

Cette dernière partie est plus inquiétante pour Seguin puisque ça nous montre la mentalité des dirigeants de la LNH lorsqu’on parle de son comportement hors-glace. À 23 ans, il peut faire le party comme il veut, surtout pendant la saison morte, tant qu’il produit sur la glace et qu’il arrive à temps aux meetings.

C’est ce qu’il a fait cette saison (à l’exception de la dernière pratique) et ça devrait être suffisant, mais comme ce comportement a déjà forcé une transaction et qu’il déplaît à la communauté qui décidera son salaire en 2019, il devrait peut-être faire preuve de plus de discrétion pour éviter d’empirer sa réputation déjà maganée à ce niveau.

Stats de Seguin

Seguin

Via Puck Daddy


Maxim Lapierre signe un contrat avec une équipe suédoise

Selon Renaud Lavoie, Maxim Lapierre a trouvé sa prochaine destination. L’attaquant de 30 ans a signé un contrat d’un an avec Modo en Suède. L’entente a plusieurs options pour Lapierre au cas où il aurait une chance de revenir dans la LNH.

Par exemple, s’il s’entend avec une équipe du circuit Bettman au cours des 15 prochains jours, il pourra revenir en Amérique du Nord. Les chances sont faibles, mais l’ancien du Canadien, des Ducks, des Blues, des Canucks et des Penguins voulait vraisemblablement se garder une petite ouverture. Il a aussi une option s’il veut rester en Suède la saison prochaine.

En 80 matchs dans la LNH cette saison, Lapierre a obtenu 2 buts, 9 passes et 32 minutes de punitions. Le 27 janvier, il a été échangé des Blues aux Penguins en retour de Marcel Goc et après être devenu agent libre sans restriction, il ne semble pas avoir reçu d’offre assez alléchante pour le garder sur ce continent.

Stats de Lapierre

Lapierre


Max Pacioretty est le 5e meilleur ailier gauche de la LNH selon EA Sports

image_4.img

Après Carey Price et P.K. Subban, c’est au tour de Max Pacioretty d’être nommé comme un des meilleurs joueurs à sa position par les évaluateurs d’EA Sports. MaxPac est venu au 5e rang du classement des ailiers gauches pour le jeu NHL 16, ce qui est moins bon que son gardien (1er), mais meilleur que Subban (6e).

Le défenseur aura toutefois une meilleure cote (91) que Pacioretty, qui a obtenu un overall de 89. C’est 4 points de moins que celui qui mène cette position, Alex Ovechkin (93). Par la suite, on retrouve Jamie Benn (92), Taylor Hall (90) et Zach Parise (90). C’est difficile d’être offusqué par ces choix.

Gabriel Landeskog se retrouve au 6e rang, mais il a la même cote que le joueur du Canadien. Après, on retrouve Patrick Marleau, Andrew Ladd, Alex Steen et Patrick Sharp, qui sont tous à 88. Les Stars sont donc assez bien positionnés à l’aile gauche alors qu’ils sont les seuls avec deux représentants dans le top 10 de cette position.

Pour ce qui est de Pacioretty, il devrait être le dernier représentant du Canadien dans un de ces top 10. À moins qu’un évaluateur d’EA Sports aime vraiment Plekanec ou Desharnais, le Tricolore ne sera pas représenté dans le top 10 pour les centres et c’est bien correct comme ça. Le sort de Montréal est sur les épaules de Pacioretty, Subban et Price dans la vraie vie, donc c’est logique que ce soit la même chose lorsqu’on joue à NHL 16.


La fille du propriétaire des Sabres, Jessica Pegula, cause une surprise en 1ère ronde du US Open

Le US Open commençait en fin d’avant-midi lundi et la première victoire américaine du côté des dames est venue d’une joueuse avec un nom familier. Jessica Pegula, la fille du propriétaire des Sabres et des Bills de Buffalo, a surpris la Belge Alison Van Uytvanck, qui s’était rendue en quarts de finale à Roland-Garros plus tôt cette saison, avec une victoire de 7-5, 6-3.

C’était le premier match de Pegula en simple dans un tournoi majeur. La joueuse de 21 ans est présentement au 260e rang dans le classement de la WTA, mais ça devrait s’améliorer considérablement grâce à cette victoire.

Elle se mesurera maintenant à Dominika Cibulkova en 2e ronde. La joueuse slovaque a également surpris plusieurs experts lundi en défaisant la 7e tête de série, Ana Ivanovic, en trois manches (6-3, 3-6, 6-3). La gagnante de ce match pourrait affronter Eugenie Bouchard en 3e ronde si la Canadienne trouve le moyen de s’y rendre.

Via The Score


Nos paris sur la saison 2015 de la NFL

Même si le prochain film de Will Smith nous rappelle les problèmes éthiques qui viennent avec la NFL, j’ai vraiment hâte au retour du football américain (et surtout au retour du NFL RedZone). Il reste encore une dizaine de jours avant le match d’ouverture au Gillette Stadium, mais la 3e semaine de la pré-saison (qui est la dernière répétition pour les partants des 32 équipes de la ligue) s’est terminée dimanche soir, ce qui veut dire qu’on sait à peu près quelles sont les forces en présence.

Avec cette connaissance, on peut se rendre sur Mise-O-Jeu pour trouver les paris les plus attrayants et c’est ce que j’ai fait avec les over/under rendus disponibles par Loto-Québec. Voici mes 5 options préférées dans le lot :

Arizona

Quand Carson Palmer est ton quart-arrière, tu dois malheureusement avoir un bon substitut. Il fait bien le travail lorsqu’il est sur le terrain, mais il a toujours eu de la misère avec les blessures et sa situation ne s’améliorera pas à 35 ans. L’an passé, les Cards ont gagné les 6 matchs auxquels il a participé, mais ils ont maintenu une fiche de 5-5 lorsqu’il n’était pas là.

Malgré ces fiches, l’Arizona a gardé les mêmes substituts derrière Palmer. Avec un horaire pas mal plus compliqué (la fin de saison est particulièrement ridicule), ça risque d’être plus difficile pour l’Arizona et je ne pense pas qu’ils vont jouer au-dessus de 500.

Denver

Parlant de quart âgé, Peyton Manning est rendu à 39 ans et ça l’affecte clairement. Le nouveau coach de l’équipe, Gary Kubiak, tente de diminuer sa tâche pour l’aider en fin de saison, mais comme l’ardeur au travail de Manning lui a permis de se rendre où il est, c’est difficile de faire la transition.

Ce n’est pas le seul problème entre Kubiak et Manning puisque le système préféré du coach n’est pas idéal pour le style de jeu de l’ancien des Colts. On ajoute ça à une ligne offensive diminuée et on se retrouve avec une situation assez inquiétante à ce niveau. C’est rarement une bonne idée de parier contre un gars aussi solide que Manning, mais en voyant cette cote, je me rends compte que je ne suis pas le seul à penser ainsi.

Bucs

Contrairement à ce qu’on voit dans la LNH, le premier choix dans le repêchage de la NFL a un impact important et immédiat sur l’équipe qui a la chance de détenir cette sélection. Les Panthers de la Caroline en 2011 (6-10) sont les derniers à ne pas avoir obtenu au moins 7 victoires l’année suivant leur premier choix (Cam Newton). Les Bucs devraient donc être les prochains à bénéficier de ce rebond.

Je ne pense pas que Jameis Winston soit si bon que ça, mais il est meilleur que les anciens quarts des Bucs. Comme plusieurs de leurs défaites (8 sur 14) étaient par moins d’un touché, cette différence pourrait être suffisante pour obtenir pas mal plus de victoires. En plus, le calendrier de Tampa est l’un des plus faciles de la ligue, ce qui devrait grandement aider.

Miami

Les 5 premiers matchs de la saison des Fins sont extrêmement faciles (à Washington, à Jacksonville, Bills, Jets, au Tennessee). Ça devient un petit plus compliqué par la suite, mais pas tant que ça, donc ça ne leur prendra pas une si bonne équipe pour obtenir 9 victoires. Ce n’est pas l’équipe avec le plus de profondeur dans la ligue, mais les partants sont suffisamment solides pour commencer avec une fiche de 4-1 ou de 5-0 et ça devrait leur permettre d’avoir 9 ou 10 gains à la fin de la saison.

Washington

C’est aussi difficile de parier contre Peyton Manning que c’est facile de parier contre Washington. Il s’agit d’une des organisations les plus chaotiques de la ligue et ces niaiseries affectent définitivement le produit sur le terrain. Les coachs ont finalement réussi à convaincre le propriétaire de bencher RGIII pour Cousins, mais ils ont eu besoin de beaucoup de patience et de l’aide des médias.

S’il y a autant de niaisage dans la pré-saison, ça devrait être encore plus compliqué lorsque l’organisation enlignera les défaites. Cette formation a le potentiel d’être catastrophique cette saison, donc c’est assez logique de parier contre eux.


La NFL va détester le prochain film de Will Smith

Smith

Le prochain film de Will Smith sortira à Noël. Il se nomme « Concussion » (ou commotion cérébrale) et il est basé sur une histoire vraie. Dans ce film, Smith joue le rôle de Docteur Bennet Omalu, qui a découvert les premiers signes de CTE dans le cerveau d’un ancien joueur de la NFL.

La première bande-annonce a été dévoilée lundi matin et on y voit la confrontation entre le personnage de Smith et la NFL, qui a voulu mettre un frein aux recherches d’Omalu parce qu’elles sont nuisibles au futur de la ligue. Bien évidemment, la ligue sportive américaine la plus influente sera l’adversaire principal de Smith dans le film.

Comme c’est basé sur une histoire vraie, cet oeuvre risque de faire très mal à l’image de la ligue auprès du grand public. Ceux qui suivent ça de près savent à quel point les dirigeants de la NFL ont malmené ce dossier, mais la sortie de ce film permettra au grand public de voir à quel point ces dirigeants préfèrent les profits à la sécurité des joueurs.

Comme le scénariste et le réalisateur ont probablement pris certaines libertés artistiques pour bien établir la ligue comme adversaire principal, ça risque d’être particulièrement nocif pour la troupe de Roger Goodell. Ceci étant dit, même si la réputation de la ligue en arrachera à Noël, tout le monde va écouter le Super Bowl en février et c’est probablement ce qui est le plus important pour la NFL.


Curtis Glencross regrette le rabais qu’il a offert aux Flames dans son dernier contrat

Curtis Glencross est l’un des multiples vétérans sans emploi à cause du plafond salarial pratiquement stable qui a fait en sorte que plusieurs agents ont surévalué le marché. Après tout, l’attaquant de 32 ans n’a pas de contrat quelques mois après avoir été échangé des Flames aux Capitals contre un choix de 2e ronde et un autre de 3e.

Dans une entrevue avec le Calgary Sun publiée samedi, Glencross a révélé que son camp a parlé à quelques organisations, mais que comme les équipes paient trop pour leurs deux premières lignes, elles n’ont plus de place pour des vétérans sur les 3es et 4es trios.

Il n’a pas perdu espoir et il a indiqué que quelques équipes lui ont dit qu’elles pourraient faire une transaction pour lui faire de la place. Par contre, aucune formation ne veut être la première à bouger. C’est donc une situation stagnante qui fait en sorte qu’il n’y a toujours pas d’opportunité pour celui qui hésite à accepter une invitation à un camp d’entraînement parce qu’il ne veut pas déplacer sa famille pour rien.

Dans le même entretien, Glencross a démontré pas mal de regret par rapport à son dernier contrat dans la LNH. En 2011, il a décidé de rester avec les Flames de Calgary au lieu d’explorer le marché en tant que joueur autonome. Cette décision lui a permis d’obtenir son plus gros contrat en carrière (10,2 M$ sur 4 saisons), mais il aurait certainement signé une meilleure entente en explorant le marché.

L’attaquant a déclaré que s’il pouvait recommencer, il ferait les choses autrement. Même s’il adore Calgary, il a compris trop tard que quand tu as la chance de passer à la caisse, tu dois le faire parce que la situation peut changer rapidement.

Glencross est loin d’être le seul athlète professionnel avec des regrets par rapport à une décision financière qu’il a prise pendant sa carrière. Les gars qui, comme l’attaquant de 32 ans, choisissent de prendre moins d’argent pour rester dans une ville peuvent le regretter assez rapidement.

C’est encore plus vrai pour un joueur comme Glencross, qui a maintenant de la difficulté à trouver sa prochaine destination dans la ligue après avoir été échangé de l’équipe pour laquelle il avait laissé de l’argent sur la table parce qu’il ne cadrait pas très bien dans le nouveau régime mené par Bob Hartley.

Ce n’est donc rien de nouveau. Ce qui est rare, c’est de voir des gars être aussi honnêtes dans une entrevue alors que leur carrière n’est pas terminée. Même si Glencross n’a toujours pas trouvé sa prochaine destination, il insiste qu’il a encore quelques saisons dans le corps et il espère probablement que cette attention médiatique lui permettra de se dénicher une opportunité pour le prouver.

Stats de Glencross

Glencross


Via The Score