Suivez 25stanley sur Facebook!

Spotted // Super model Gigi Hadid débarque à Montréal pour le Grand Prix


     La super model Gigi Hadid est débarquée de New-York vers 7h10 vendredi accompagné de son copain non-officiel l’ex-chanteur/acteur Joe Jonas qui est de passage à Montréal pour un party d’ouverture du Grand Prix du Canada vendredi  au Time Super Club.

Les deux tourtereaux qui se sont fait prendre lors de rapprochements hier à Toronto, étaient beaucoup plus distants aujourd’hui probablement pour ne pas trop faire parler de leur couple. Gigi à Gauche, Joe à Droite, ils faisaient littéralement marche à part. Gigi a fait sa trace seule se cachant le visage sans arrêt avec un air plutôt dérangée par le fait d’avoir des paparazzi sur elle. Comme si ce n’était jamais arrivé.

Elle a fini par lâcher la bataille et se laisser prendre en photos sous toutes ses angles réalisant que de toute manière c’était peine perdue.

Dans l’album ci-dessous, plus de photos de Gigi qui nous démontre qu’elle est une grande fan de Lewis Hamilton.


Party du Grand Prix // Kris Letang au Buonanotte & Jo Bernier au Ritz avec leur blonde


Screen shot 2015-06-06 at 10.44.48 AM
Screen shot 2015-06-06 at 2.28.51 PM
Screen shot 2015-06-06 at 2.29.14 PM

Vendredi soir, le gros party de la F1 avait lieu au Ritz. Jonathan Bernier des Maple Leafs y était accompagné de sa femme Martine Forget.

Pour sa part, le défenseur vedette des Penguins de Pittsburgh a opté pour le Buonanotte. Il a passé la soirée dans l’établissement avec sa future femme et ses bros.

Notez qu’il y a une tonne de joueurs de la NHL à Montréal ce weekend. On me dit qu’Alex Burrows, Tyler Seguin, Seth Jones, Derick Brassard, Johnny Hockey et compagnie vont profiter du Grand Prix.

*Photo: @kletang_58 – @jobernier45


Party // PK Subban et Adonis Stevenson au Grand Soir de la F1

Screen shot 2015-06-05 at 8.04.42 PM
pk-subban-party-grand-prix
Screen shot 2015-06-05 at 6.32.33 PM
Screen shot 2015-06-05 at 6.31.57 PM
10426222_10153250105192936_5792509557557656207_n
Screen shot 2015-06-05 at 8.04.33 PM

Gros party à 1 000$ la tête jeudi soir à l’Arsenal pour le lancement du Grand Prix F1 de Montréal. La place était bondée de gens riches comme le défenseur des Canadiens PK Subban, le boxeur Adonis Stevenson, le dg Marc Bergevin, l’ex-pilote Jacques Villeneuve, Lewis Hamilton, Nico Rosberg, etc.

PK Subban était avec son entourage composé de son conseiller Joel et les gens de Sartarialto. La dame blonde avec PK est la femme du fondateur. Adonis Stevenson était aussi des amis, mais je ne les connais pas. Gros hi-5 à Superman pour son complet. Le pilote de Mercedes Nico Rosberg (2e au classement en ce moment) avait aussi beaucoup de style. Mais celui qui a volé le show est probablement l’humoriste Sugar Sammy. Il était avec Nastassia Markiewicz. Sur IMDB c’est indiqué qu’elle est une actrice de Toronto. Elle a joué dans trois films plus ou moins connus. Après la soirée à l’Arsenal, PK s’est dirigé au Scarlett dans le Vieux-Port.

Ce soir (vendredi), tout ce beau monde devrait se retrouver au party du Ritz.

Pour vivre la folie des partys du Grand Prix, on vous invite à nous ajouter sur Snapchat. Notre username est StanleyBae.

*Photo: Eric Yeah – @adonissuperman


Carolina Montes domine déjà le Grand Prix avec Lamborghini Montréal

carolina-montes-24
carolina-montes-11

Chaque année lors du Grand Prix de Montréal, je tente de dénicher la personnalité qui a le mieux performé sur les internets lors de ce weekend glamour. Qui a assisté aux meilleurs partys? Qui a publié les meilleures photos? Qui a croisé les plus grandes vedettes? Etc, etc.

Le coup d’envoi des festivités est ce soir (jeudi) avec Le Grand Soir de la F1 à l’Arsenal dans Griffintown, mais s’il y a une candidate qui est déjà en pole position pour remporter le Grand Prix de Montréal c’est définitivement Carolina Montes. L’agent immobilière de prestige (elle vend uniquement des condos de luxe) a fait un photoshoot pour Lamborghini Montréal aux Résidences du Ritz-Carlton  ainsi que dans le hangar d’Innotech-Execaire Aviation. Le jet privé noir est flambant neuf. Il est évalué à 27M$…

Ci-dessous, un album du photographe Heisenberg pour ceux qui aiment Lamborghini, jet privé et les vêtements Ursula B. Pour suivre les aventures de Carolina pendant le Grand Prix, ajoutez la sur Instagram: @carolinamontes1


Michael McCarron célèbre au Dagobert


Michael McCarron, prospect des Canadiens de Montréal, a déclaré au début de la Coupe Mémorial qu’il voulait avoir une réputation de gagnant. Il peut dire mission accompli comme en témoigne sa présence au Dagobert à Québec dans la nuit de dimanche à lundi.

*Photo: @M.Deschênes


Jonathan Bernier raconte comment il a vécu l’incident « Nelson Mandela »

Screen shot 2015-05-27 at 6.17.24 AM

La première fois que j’ai rencontré Jonathan Bernier, c’était à Toronto l’automne dernier dans le cadre d’un tournage publicitaire pour L’Oréal. J’en avais profité pour lui jaser de sa nouvelle vie de papa, de sa relation avec les fans torontois, de la pression médiatique et de l’importance qu’il accorde à sa famille. Il y a quelques semaines, j’ai croisé le sympa gardien des Leafs à Montréal.  On est allé jaser de l’incident Nelson Mandela.

En décembre 2014, c’est la rage sur les internets. Le compte YouTube des Raptors met en ligne un vidéo de Jonathan Bernier qui parle malencontreusement de Nelson Mandela lors de l’évènement « The Giant of Africa ». Oups! Le gardien des Maple Leafs devient victime de l’«internet outrage», ce phénomène dans les médias et réseaux sociaux où les gens deviennent outrageusement scandalisés, indignés, offensés, colériques en réponse à un commentaire, une opinion, une phrase…

L’ironie dans toute cette saga est que tout le monde en a parlé, mais on n’a pas vraiment interpelé Jonathan Bernier à ce sujet! Pourtant, Jo est facile d’approche. Il parle honnêtement et sincèrement. Un mardi après-midi, après avoir passé une heure à prendre des selfies et signer des autographes (lui, pas moi) au bureau de L’Oréal, nous sommes allés dans un parc à proximité pour discuter de l’incident Nelson Mandela.

***

JT : Que s’est-il passé le jour de l’incident?

JB : MLSE (Maple Leafs Sports Entertainment), propriétaire des Maple Leafs, des Raptors et du Toronto FC, m’avait demandé d’assister à cet évènement pour représenter les Leafs. Avant de partir de chez moi pour me rendre au Air Canada Center, j’ai reçu un brief avec des informations sur les joueurs qui allaient être là ainsi que l’explication de la cause.

Quand je suis arrivé sur place, j’étais nerveux. C’était mon premier tapis rouge du genre. Il y a eu plusieurs caméras qui se sont braquées sur moi, les flashs ont allumé. La première question qu’on m’a posée a été « qu’est-ce que tu connais ou te souviens de Nelson Mandela? »

À ce moment, le temps s’est arrêté, tout a figé, j’ai eu un blackout. D’abord, j’étais tellement nerveux. De deux, j’ai comme essayé de réviser dans ma tête le brief que j’avais reçu avant. Tout ce qu’il me venait en tête, c’est la description des joueurs présents. J’ai comme senti une pression, une pression de plus en plus forte, j’ai craqué, oubliant un peu la question initiale et j’ai essayé de sortir n’importe quoi.

Tout de suite après avoir fini mon entrevue, je le savais que j’avais dit n’importe quoi. Ça m’est revenu en tête. Je me suis dit « I just f*cked up. I just f*cked up big time ». Et je le sais c’est qui Nelson Mandela; ce n’est définitivement pas un joueur de hockey. J’ai tout de suite appelé mon agent pour lui dire. On ne savait pas trop si ça allait sortir, mais finalement, oui…

JT : Qu’est-ce qui t’a le plus affecté?

JB: Le plus dur dans tout cela a été de l’impact auprès de ma famille et de mes amis proches. Eux, ils s’en faisaient parler tout le temps. Constamment, on leur demandait ce qu’il s’était passé, pourquoi j’avais dit ça, pourquoi je ne connaissais pas l’histoire de Mandela? C’est ça qui a été le plus dur. Je fais juste penser à mon fils. S’il avait été plus vieux et qu’il avait été à l’école; il se serait surement fait baver par les autres enfants.

C’est certain que je me suis fait niaiser beaucoup sur les réseaux sociaux, mais on ne m’en a pas parlé en personne. Je pense que les gens avaient peur de le faire. Et c’est correct. Je suis un athlète professionnel, je suis habitué aux médias, de me faire critiquer par les gens, c’est correct. C’est des épreuves dans la vie.

J’ai fait une erreur, mais c’est les gens proches de moi qui ont subi les répercussions de mon erreur. C’est cela qui m’a affecté le plus. J’ai trouvé ça plus dur pour eux que pour moi.

JT : Avec le recul, comment perçois-tu cet incident?

JB: C’est des choses qui arrivent. C’est en faisant des erreurs que tu grandis et que tu deviens une meilleure personne. Maintenant, quand je vais à des évènements, je me prépare mieux pour savoir qui va être là, quel est mon rôle. Il faut apprendre de ses erreurs. J’aime ça m’impliquer auprès des fondations. Il n’y a personne de parfait, tu fais des erreurs, mais l’important c’est de se relever.

JT : As-tu des conseils à donner à des jeunes joueurs qui vont arriver dans la ligue?

JB : Je suis arrivé dans la ligue à 19 ans, j’ai donc vu l’évolution des médias. Maintenant, il y a des caméras sur les téléphones. Tu peux faire une niaiserie, un soir, avec une couple de drinks, et le lendemain c’est partout. Il faut vraiment que tu fasses attention et tu penses à ta famille. Surtout si tu es dans un gros marché, mais même dans un plus petit marché, l’info va se promener.

Lorsqu’il s’agit d’utiliser les réseaux sociaux, il faut que tu fasses attention surtout sur l’impulsion du moment. Si tu es émotif, tu peux dire quelque chose que tu vas regretter et tu ne peux pas le supprimer.

***

Après notre discussion, j’ai marché avec lui jusqu’à sa voiture. Je lui ai remis ma carte d’affaires. C’est un dessin de sa blonde en train de donner un câlin à la Coupe Stanley. Sans faire la morale, ça m’a fait réaliser qu’à travers cette crise, Jonathan Bernier a surtout pensé à l’impact sur ses proches avant de penser à lui…

P.-S. Si jamais ça vous tente de donner du LOVE internet au gardien des Leafs, vous pouvez maintenant le suivre sur Instagram Jo Bernier 45. @JoBernier45


Soirée Snapchat – StanleyBae avec Carolina Montes

Screen shot 2015-05-29 at 11.33.34 PM

Si vous êtes en train de gosser avec téléphone ce soir et que vous cherchez du divertissement, je vous recommande nous ajouter sur SnapChat. Le username est StanleyBae. C’est Carolina Montes, copine d’Andrei Markov, qui prend les commandes.


Le gros scandale de la FIFA va faire la une pendant des jours

newyrok-times-fifa

Les plus récentes info dans la scandale de la FIFA:

« À la demande de la justice américaine, la police suisse a arrêté pour corruption neuf élus de la Fifa et cinq partenaires de l’instance mondiale du football, pour des faits s’étalant sur les 24 dernières années, a annoncé le ministère américain mercredi. Par ailleurs, le siège de la Concacaf, situé à Miami, a été perquisitionné dans le cadre de cette procédure.

Le ministère suisse indique par ailleurs qu’il a fait bloquer des comptes dans plusieurs banques suisses par lesquels les sommes incriminées ont transité. Il a également saisi mercredi des documents au siège de la Fifa à Zurich dans le cadre d’une autre procédure pénale, cette fois initiée par la Suisse, sur les conditions d’attribution des Coupes du monde de 2018 et 2022 au Qatar et à la Russie.» [20min]

C’est le New York Times qui a break la news en premier. La photo ci-dessus a été prise par eux alors que des crottés corrompus se faisaient escorter par les forces de l’ordre. Les noms à retenir au cours des prochains jour: Webb, Eduardo Li, Julio Rocha, Costas Takkas, Eugenio Figueredo, Rafael Esquivel et José Maria Marin. [NyTimes]

La FIFA a fait une conférence de presse. Elle veut collaborer pleinement avec les autorités, mais la Coupe du Monde de 2018 sera jouée en Russie et celle de 2022 au Qatar, comme prévu. L‘élection de son président se tiendra bel et bien vendredi à Zurich. Le vidéo YouTube du discours de la FIFA a déjà 389 dislikes. [YouTube]

Quand une organisation laisse des gens mourir pour construire des stades de soccer dans le désert, c’est clair qu’il y a de quoi de louche. Que les gens qui dirigent ne sont pas des très bonnes personnes. En 2014, il y a eu environ 150 morts sur les chantiers de constructions de Qatar. [Guardian]

Conférence de presse de Michael Sam avec les Alouettes de Montréal: « Je suis seulement ici pour jouer au football. Je n’essaie pas d’accomplir quelque chose d’historique, je me concentre à aider l’équipe à gagner des matchs pour ramener la coupe Grey à Montréal. »  [Alouettes]

Brian Burke à propos de Michael Sam: « Je crois que c’est énorme. Pour moi, dans 20, 30 ou 40 ans, les gens vont se souvenir de ce moment. Nous savons qu’il y a des homosexuels dans tous les sports. Je crois que les autres vont voir l’accueil réservé à Michael Sam et réaliser à quel point ce sera extraordinaire pour lui. Il y a quelques idiots sur Internet. Il y a en a toujours. Mais au lieu de cet environnement hostile, il verra que les gens intelligents et ouverts d’esprit l’accueilleront de la bonne manière. [LaPresse]

 


Jonathan Bernier speaks out about the Nelson Mandela incident

Screen shot 2015-05-27 at 6.17.24 AM

A few weeks ago in Montreal, I bumped into Jonathan Bernier during a L’Oréal promotional event. The Leafs goaltender is a really chill guy so I wasn’t shy asking him how he managed the « Nelson Mandela incident ».

Let’s rewind a little. December 2014, the internet is raging. The Raptors upload a YouTube video of Jonathan Bernier inadvertently speaking of Nelson Mandela at the event « The Giant of Africa ». OOPS!

The following days, the Maple Leafs goaltender became victim of « internet outrage ». This media and social networks phenomenon where the public reacts outrageously, offended, angry in response to a comment, an opinion, a phrase…

The irony in this whole saga is that everyone talked about it, but no one really asked Jonathan Bernier what went wrong. Here’s what he has to say.

***

JT: What happened on the day of the incident?

JB: MLSE (Maple Leafs Sports Entertainment) asked me to attend this event to represent the Leafs. Before I left home to go to the Air Canada Center, I received a brief with information about the cause and the players who would be there.

When I arrived there, I was nervous. It was my first red carpet. Full camera flashes. The first question I was asked was « what do you know, or do you remember Nelson Mandela? »

At that point, time stopped, everything froze, I had a blackout.

First, I was so nervous. Second, as I tried to mentally review what I had previously received, all I had in mind was the description of the players. I felt like a pressure, a pressure getting stronger, I cracked. Completely forgot the original question and tried to pull out something.

Right after the conclusion of the interview, I knew what I had said. It came back to mind. I thought, « I just f * cked up. I just f*cked up big time.  »

And I know who’s Nelson Mandela; he’s definitely not a hockey player. I immediately called my agent to tell him. We did not know what to expect.

JT: How did this incident affect you?

JB: The hardest part was the impact on my family and my close friends.

They heard about it all the time. Constantly, people were asking what happened, how come I didn’t know whom Mandela was? That was the hardest. I’m just thinking about my son. If he had been older and had been in school; maybe other kids would of made fun of him.

I got chirped hard on social media, but it wasn’t bad face to face. I think people were afraid to ask me about it. And that’s okay. I am a professional athlete; I’m used to the media, being criticized by people. It’s ok. It’s part of life.

I made a mistake, but it’s the people close to me who got affected.

And that’s what affected me the most. I thought it was harder for them than for me.

JT: Looking back, how do you perceive this incident?

JB: Things happen. It is by making mistakes that you grow and become a better person. Now, when I show up to events, I am prepared to face the questions.

I like to get involved with charities. No one is perfect. Everybody makes mistakes. The important thing is to learn from them.

JT: Do you have any advice for young players who will arrive in the league?

JB: I came into the league at 19, so I have seen the evolution of media. Now there are cameras on phones. You can make one stupid thing one evening after a couple of drinks, and the next day it’s all over the place. Young players really need to be careful and think about their family. Especially if they’re in a big market, but even in a smaller market, the info is going to spread.

When it comes to using social networks, you need to be careful especially on the spur of the moment. If you’re emotional, you can say something you’ll regret, and you cannot delete it.

***

After our discussion, I walked him back to his car. I handed him my business card. It’s a drawing of his girlfriend hugging the Stanley Cup. This discussion made me realize that through this crisis, Jonathan Bernier has mostly thought of the impact on his family before thinking about him…

PS. If you feel like giving internet LOVE to the Leafs goaltender, you can now follow him on Instagram @JoBernier45.


Les vacances à la Barbades d’Andrei Markov et Carolina Montes

carolina montes - andrei markov - credit: 25stanley
andrei markov - girlfriend - credit: carolina montes
11260409_1570349499899032_568266032_n

Carey Price est en Italie, Brendan Gallagher sur les terrains de golf du BC, les jeunes chats dans le Sud et Andrei Markov chill à la Barbades. Le General se repose sur la plage avec sa blonde Carolina Montes. Cette dernière a partagé quelques moments sur son compte Instagram. Je dois souligner la solide performance d’Andrei Markov derrière la caméra pour ces images.

*Photo: @carolinamontes1